En ce moment
 

La réalité virtuelle pour prévenir des risques ferrovaires: Infrabel vous plonge en plein accident de train

L'an dernier, on enregistrait 807 signalements de personnes le long des voies de chemin de fer. Pour éviter ces comportements extrêmement dangereux, Infrabel sensibilise les jeunes en les plongeant dans une réalité virtuelle. Une vidéo 360 degrés comme s'ils y étaient.

Munis de leur casque de réalité virtuelles et d'écouteurs, les jeunes vivent l'histoire de Théo, un adolescent qui commet l'imprudence de traverser les voies. Soudain, un train arrive et le percute. 

"On ne voit pas le train arriver. On a pas le temps de dire 'Oups' qu'on meurt", s'exclame un jeune participant à l'expérience. "Je me sentais piégée comme si l'on ne pouvait pas faire demi-tour", ajoute une jeune femme. 


En 2016, 16 décès sur les voies ferrées 

Le but de cette initiative: choquer les jeunes souvient inconscient face à ce danger. Ces derniers y sont particulièrement confrontés puisque leur école est située juste à côté d'une gare. 

"Je sais qu'il y a des élèves qui ne prennent pas le train mais ils rejoignent leurs copains qui, eux, le prennent. Du coup, ils squattent et restent aux alentours", témoigne Pauline Goens, enseignante au micro de Justine Roland Perez et de Gislain Federspiel. 

En 2017, 16 personnes ont perdu la vie, sur ou le long des voies ferroviaires.


Une expérience pour faire évoluer les mentalités

"Les élèves banalisent très fortement le risque qu'il y a à s'aventurer sur les voies. Au travers d'une expérience comme celle-ci, on espère que cela va permettre de faire évoluer les mentalités et leur faire comprendre qu'il n'y a que quelques secondes qui s'écoulent à partir du moment où l'on s'aventure sur les voies et la possible arrivée d'un train", indique Frédéric Sacré, pore-parole d'Infrabel, gestionnaire de l'infrastructure ferroviaire. 

400 élèves ont vécu cette expérience virtuelle ce lundi mais Infrabel espère, à terme, toucher beaucoup plus de jeunes. Tous les établissements qui le souhaitent peuvent s'inscrire en ligne pour accueillir ce projet. 

Vos commentaires