En ce moment
 
 

Jean-Luc Crucke, le ministre de l'Énergie, annonce une concertation entre experts et jeunes: "Votre place n'est pas que dans la rue" (vidéo)

  • Jean-Luc Cruck, le ministre de l''Énergie annonce une concertation entre experts et jeunes: "Votre place n''est pas que dans la rue"

  • "Plus chaud que le climat": l''édition spéciale consacrée au climat sur RTL INFO

 

Les ministres de l'environnement répondent ce soir à la jeune génération en direct sur notre plateau.

Sur le plateau de RTL INFO, Jean-Luc Crucke, le ministre de l'Énergie, annonce une concertation entre experts et jeunes. "Le passé, c’est le passé. Pour l'avenir, j’entends ces jeunes. J’ai une proposition à vous faire que l’on a décidée avec le gouvernement wallon. On va réunir durant la première semaine des vacances de Pâques, 10 experts en Wallonie, des économistes, climatologues, scientifiques et des jeunes que vous désignerez vous mêmes. Ce n’est pas le pouvoir politique qui va dire qui va y aller. Un groupe de travail fera un rapport au parlement wallon et à tous les partis démocratiques juste avant les élections. Votre place n'est pas que dans la rue, elle est aussi dans le débat. C’est un engagement que j’ai et que je veillerai à faire tenir par le gouvernement wallon", a-t-il indiqué.

Face à cela, 3 jeunes venus représenter la jeune génération ont tenté d'exposer leurs volontés en matière de lutte contre le réchauffement climatique. "Tous les acteurs ont leur rôle à jouer", martèle Benjamin Martin. Avant d'ajouter: "Mais vous en tant que ministre, vous avez la possibilité pour favoriser ces changements. Au niveau de la fiscalité, vous pouvez encourager un bon comportement avec la mise en place par exemple d’un second tax-shift. Cela permettrait d’engager la fiscalité vers les entreprises qui polluent et d’utiliser ces fonds pour encourager les ménages qui font des efforts et atténuer leurs externalités négatives et qui travaillent le jour pour combattre ce changement climatique". Youna Marette propose une évaluation de l'impact des décisions prises aujourd'hui par les politiques. "Des fraises en février, ce n’est pas normal. On va me dire que c’est la démocratie mais moi je reste sur ma position que ce n’est pas normal", insiste la jeune femme.

Des actions concrètes. Voilà ce que demandent ces jeunes qui, inquiets pour leur avenir, brosser les cours depuis plusieurs semaines. Aujourd'hui, plus de 30.000 jeunes, dont 12.500 à Bruxelles, ont manifesté jeudi en Belgique pour la quatrième semaine consécutive contre le réchauffement climatique, ce mouvement initié par des lycéens pour mettre la pression sur le monde politique. Pour rappel, lors de leur première action, le 10 janvier, les élèves qui "brossent les cours pour le climat" à l'appel du mouvement "Youth For Climate", étaient 3.000 dans les rues de Bruxelles. Le jeudi suivant, 17.000, pour finalement atteindre 35.000 jeudi dernier.

Vos commentaires