En ce moment
 
 

La Belgique a bientôt 200 ans: voici ce qui se prépare pour fêter ce bicentenaire national (vidéo)

 
 

En 2030, notre pays fêtera déjà ses 200 ans d'existence. Une histoire riche et qui se célèbre traditionnellement par des projets de grande envergure. Nous avons ainsi vu naître l'un des palais du Heysel lors d'une célébration, par exemple. Mais pour les 200 ans, rien n'a encore été annoncé. Alors que va-t-on faire pour cette occasion ?

Sur le plateau de 'C'est pas tous les jours dimanche', nous avons eu droit à un aperçu de ce qu'il pourrait se produire. "Quand des nations fêtent des grands anniversaires, il faut porter des projets ambitieux", nous confirme Thomas Dermine, Secrétaire d'État fédéral pour la Relance et les Investissements stratégiques, chargé de la Politique scientifique. "On en a eu à l'époque dans une Belgique qui n'est plus celle d'aujourd'hui. De grands défis vont se matérialiser d'ici 2030, en matière institutionnelle ou climatique. On doit porter des projets ambitieux pour fêter notre diversité. Il y a un travail de fond parce que ces anniversaires catalysent une série de réflexions, notamment sur le modèle institutionnel belge, sur la conservation du rôle de pionnier sur le climat ou des questions d'avenir", a-t-il détaillé.

Et si rien de concret n'est encore confirmé, plusieurs pistes sont explorées. Notamment sur des rénovations de lieux clés de notre pays. "Des rénovations de symboles de notre démocratie: le Palais de Justice, des réflexions sur la réaffectation du quartier du Cinquantenaire qui est un ensemble magnifique mais un peu vieillissant. On commence à réfléchir à des projets d'infrastructures qui ont un rôle de symbole et qui nous projettent dans le futur pour redonner de la vision et de l'ambition pour 2030", confirme Thomas Dermine.

Un optimisme contrasté par Pieter Bauwens, rédacteur en chef de Doorbraak, un magazine nationaliste flamand. "Je n'y crois pas trop. Il y a très peu de raisons de profiter actuellement: nous avons les impôts les plus élevés du monde avec, en retour, un service minimum de l'état. Nous avons aussi des dettes qui s'envolent au niveau fédéral et des régions. Nous voyons aussi que la structure belge fait en sorte que nous soyons renfermés dans ce pays. Plus rien ne peut changer. Qu'est-ce qui peut donc donner envie de faire une fête ?", a-t-il répondu aux propos de son homologue.

De son côté, l'IRPA (Institut royal du Patrimoine artistique) va rénover des oeuvres d'art en profondeur. C'est le public qui vote pour les oeuvres et bâtiments à rénover en priorité: les trésors de la cathédrale de Tournai, l'Art Nouveau de Bruxelles ou encore les réalisations de Constantin Meunier. 


 




 

Vos commentaires