En ce moment
 
 

La chaleur représente un réel danger pour les patients les plus faibles: "C'est pire que tout, j'aime mieux la pluie"

Il fait chaud et cela ne fait que commencer. Le mercure va dépasser allègrement les 30 degrés toute la semaine. Dans les hôpitaux et les maisons de repos, le personnel soignant doit respecter des règles assez strictes.

Nos journaliste Justine Roldan Perez et Bruno Spaak se sont rendus à l'hôpital Marie Curie de Charleroi pour voir comment les équipes en place évitent aux patients de suffoquer durant les fortes chaleurs. Dans chaque chambre, le personnel explique et les règles à suivre et affiche un document reprenant les bases à respecter.

"Ce qui est important, c'est d'aérer la nuit, de ventiler les pièces. Et alors la journée, ce qui est très important dès le petit matin, c'est de fermer les fenêtres, les rideaux, et les portes des chambres", explique Sébastien Ninite, directeur du département infirmier au CHU Charleroi.

Autre point extrêmement important: l'hydratation des patients. Le personnel soignant doit être beaucoup plus vigilant. "De manière générale, les patients reçoivent minimum un litre d'eau sur la journée", a ajouté Sébastien Ninite.


Danger pour les personnes âgées

Dans les maisons de repos, les mêmes règles s'appliquent, d'autant plus que les personnes âgées ne ressentent pas forcément le besoin de boire. "La chaleur c'est pire que tout. J'aime mieux la pluie", a indiqué, amusée, Marie-Josée.

"On demandé également au personnel d'habiller les résidents avec des tenues plus légères, plus amples et de couleur claire. Nous avons aussi établi une liste avec nos patients les plus à risque et les plus faibles. On a également augmenté le tour d'hydratation", a confié Hermione Chloridis, infirmière en chef dans une maison de repos.

Le café est également évité car il peut provoquer de la déshydratation. Et au niveau des repas, tout le menu de la semaine a été revu.

Il est également demandé aux résidents de ne pas aller à l'extérieur durant cette semaine de fortes chaleurs.

Vos commentaires