En ce moment
 
 

La colchicine permettrait de réduire les complications du coronavirus: qu'en pense Yves Van Laethem?

  • Coronavirus: l''avis d''Yves Van Laethem sur la colchicine

  • Coronavirus: efficacité de la colchicine, un traitement contre la goutte

 
 
CORONAVIRUS
 

Une étude lancée en mars dernier a fourni des résultats cliniquement convaincants de l'efficacité de la colchicine pour traiter le Covid-19, annonce samedi l'Institut de cardiologie de Montréal (ICM) sur son site web. Ceci en ferait le premier médicament oral au monde capable de traiter les patients en phase pré-hospitalière.

> Voir notre article complet sur l'étude et le test réalisé par un docteur belge

Que pense Yves Van Laethem, porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus, du traitement à la colchicine et de l'étude menée? Notre journaliste Salima Belabbas lui a précisément posé la question dans le RTL INFO 19H ce samedi.

Salima Belabbas: Que penser de ce nouvel espoir de traitement?

Yves Van Laethem: Si c'est bien le cas, et il n'y a pas de raison d'en douter d'ailleurs, c'est le pas le plus important qu'on ait fait dans le traitement contre le covid depuis le début. Parce qu'il y a un pas important qui est la cortisone, la dexaméthasone, qui a été implémentée à partir du mois de juin, mais seulement pour les patients qui étaient très malades en soins intensifs. C'est la première fois qu'on a un médicament qu'on donne en extra-hospitalier, lorsque les gens commencent à être malades simplement, et qui permet de diminuer leur arrivée à l'hôpital et le développement des phénomènes inflammatoires. Donc c'est un pas extrêmement important en santé publique globalement parlant, car la charge sur les hôpitaux pourrait être considérablement diminuée.

Salima Belabbas: Est-ce qu'on peut imaginer une utilisation plus importante dans les prochaines semaines?

Yves Van Laethem: Je pense que sur cette base-là, c'est effectivement un médicament qu'il faut prendre sous prescription, qu'il ne faut pas prendre à la légère, il faut le prendre à la bonne dose. Il ne coûte pratiquement rien. Il est connu depuis des décennies. C'est un médicament qui pourrait se généraliser sous prescription par le médecin-traitant, qui sait que son patient est à risque: il est obèse par exemple, il est hypertendu, ou il a plus de 65 ans, et qui pourrait lui prescrire. Ça pourrait diminuer clairement le poids sur le réseau hospitalier, en plus de gagner des vies. C'est donc un élément fondamental.

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce samedi 23 janvier ?

 




 

Vos commentaires