En ce moment
 
 

Le prix des voitures de location en forte augmentation: pourquoi cette envolée des tarifs?

 
 

Pour ceux qui veulent louer une voiture, si vous partez en vacances, par exemple, mieux vaut le savoir: les prix ont beaucoup augmenté. C'est le cas un peu partout, surtout en Italie. C'est, une fois encore, une des conséquences de la crise qu'on vient de traverser.

Prenons Alicante, par exemple, en Espagne, l’une des destinations préférées des Belges. Sur place, pour louer une voiture durant deux semaines, en plein mois d’août, comptez environ 540 euros (avec une promotion).

En prenant une facture datant de 2020, pour la même période, on se rend compte qu'on atteint un montant de moins de 170€ (169,54 €). Sur un autre facture, on voit qu'en août 2021, le montant est de près de 483€ (482.94 €).

Sur le même site, en l’espace de deux ans : les prix ont quadruplé.


 

 La surprise à la fin de l'addition

"J’ai besoin de voyager une fois arrivée à destination. Donc oui, je dois bien louer une voiture. Je suis forcée de payer les prix qu’ils demandent en ce moment", nous a confié une voyageuse à l'aéroport de Bruxelles.

"Vous voyez que le prix n'est pas cher et puis dès que vous voulez l'assurance, le GPS et le siège bébé, c'est la surprise à la fin de l'addition", ajoute une autre voyageuse.

En Belgique, le prix moyen a augmenté de 20 à 25%, mais l’Italie bat tous les records avec + 104%. Viennent ensuite l’Espagne (+85%) et la Croatie (+62%).

Dans l'agence de voyage dans laquelle nous nous sommes rendus, les prix n’ont pas encore augmenté. Un conseil : mieux vaut réserver très à l’avance pour éviter les mauvaises surprises.

"Ici, ça commence à 200 euros et ça va jusqu'à 3-400 euros", indique Houda, agent de voyage. Ici, pour une semaine, toujours à Alicante voici le tarif: "Sur internet vous pouvez trouver des prix moins cher mais le souci est qu'il faudra tout payer sur place, au niveau des assurances et des accessoires", affirme Houda.

L’explication, elle est avant tout économique. La situation avant la crise: beaucoup de demande, beaucoup d’offre, les prix sont stables.

Pendant la crise, les voyageurs ont été bien moins nombreux et les loueurs de voiture ont vendu une partie de leur flotte pour survivre.

Aujourd’hui, les voyageurs sont de retours, mais les voitures ne sont pas assez nombreuses. "Pour le moment, les loueurs de voitures ont des grandes difficultés à trouver de nouvelles voitures pour répondre à la demande qui recommence dans le secteur du tourisme", explique Frank Van Gool, porte-parole de la fédération belge des loueurs de voitures (Renta).

C’est le cas de Bernard, à Bruxelles. Il nous a accueillis dans sa société familiale. D’une centaine de voitures avant la crise, Bernard passe à une cinquantaine aujourd’hui.

Ici, la hausse des prix ne sera pas répercutée avant le printemps. Pour un SUV familial comme celui-ci, pour les vacances de carnaval, par exemple, comptez 700€ tout compris pour 9 jours.

Bernard a une douzaine de réservation, pour l’instant, mais il s’attend à davantage de location de dernière minute.


 

Vos commentaires