Les normes d'émissions des voitures changent dès ce 1er septembre: attention, certains clients pourraient payer leurs taxes... deux fois!

Des changements vont entrer en vigueur en ce qui concerne les normes d'émissions des voitures dès le 1er septembre. Certains garagistes immatriculent ainsi de nombreux véhicules avant vendredi, afin de pouvoir les vendre. Mais l'acheteur devra payer une taxe supplémentaire...

Les normes à respecter changent ce 1er septembre. Du coup, certaines voitures ne les respecteront plus. Si certaines ne sont pas encore immatriculées avant le 31 août, elles ne pourront plus être vendues. Résultat : le vendeur va devoir l’immatriculer et payer la taxe de mise en circulation. Plusieurs milliers d'euros pour certains modèles.

"C'est une perte sèche, clairement, parce que je ne peux pas répercuter cette taxe sur le client", a expliqué Danny Bulot, vendeur de voitures, à notre journaliste Sébastien Prophète.

L’entrée en vigueur de la nouvelle norme, le 1er septembre, pousse les vendeurs à immatriculer des voitures neuves. Une fois propriétaire du véhicule, le futur acheteur devra faire de même… et payera lui aussi la taxe de mise en circulation. "C'est clairement aberrant. C'est hallucinant. Cela dépasse l'entendement de se dire qu'on va payer deux fois cette taxe alors qu'elle n'est normalement dûe qu'une seule fois",a ajouté Danny Bulot.


"Normalement, il y a un délai suffisant..."

Le client payera deux fois la taxe si le vendeur choisit de répercuter son montant sur la facture. Cette situation inquiète la fédération belge de l’automobile. "Normalement, lorsqu'une norme euro évolue, il y a un délai suffisant pour permettre d'écouler les stocks, ce qui n'est pas le cas", a expliqué Serge Istas, secrétaire général de la fédération automobile Traxio.

Le ministre de l’économie rappelle qu’une dérogation peut être accordée pour 10 % des stocks. Il s’étonne par ailleurs que le secteur s’alarme aujourd’hui. Selon lui, le changement est connu depuis plus d’un an.

Comment empêcher le double paiement de la taxe de mise en circulation ? Le ministre wallon du budget devrait solliciter à ce propos une concertation entre régions.

Vos commentaires