En ce moment
 
 

Luc, un agent de la police locale, témoigne du malaise au sein de sa profession: "A 50 ans, le terrain n'est plus pour nous"

 
 

Le front commun syndical a décidé d'introduire un préavis de grève pour la police locale. Ce préavis couvrira toutes les actions des zones de police locale du 1er décembre 2021 au 31 janvier 2022.

Ce préavis pourra être retiré en cas d'avancée jugée suffisante par les syndicats lors de la prochaine négociation avec la ministre fédérale de l'Intérieur Annelies Verlinden (CD&V). La date du 17 novembre est évoquée, mais doit encore être confirmée, a indiqué Vincent Gilles, président du SLFP Police.

Quel est le problème ? A quoi ressemble, aujourd'hui, le quotidien de ces policiers ? Nous avons rencontré un agent de la police locale qui a souhaité garder l'anonymat. Il témoigne du malaise, de plus en plus présent, aujourd'hui, au sein de sa profession.

Pour Luc (prénom d'emprunt), la cinquantaine dont bientôt 30 ans à la police, les années passent et le métier devient de plus en plus dur.

"On se lève moins vite de la voiture avec un attirail qui peut parfois peser jusqu'à 15 kg. Il est certain que ça pèse. A 50 ans, on voudrait une autre place, administrative. Le terrain n'est plus pour nous à cet âge-là", confie-t-il.

Outre le salaire non augmenté depuis 20 ans, les agents souffrent d’un manque de reconnaissance. "On ne se sent plus vraiment encadrés. On ne se sent plus vraiment soutenus. On fait notre boulot mais on a besoin de se sentir soutenus par la justice et les autorités", indique Luc.

Certains agents doivent avancer eux-mêmes les pleins d’essences car les cartes d’essence ne fonctionnement plus. Sans parler du matériel manquant voire vétuste.

"Il y a des choses quand même exceptionnelles quand on sait qu'on travaille dans le service public. On doit investir nous-mêmes dans notre matériel, que ce soit des lampes, des gants,..."

"Quand on voit également les téléphones 'professionnels" avec lesquels, on doit travailler, on est encore dans une police du 20e siècle", ajoute-t-il.

Luc sera dans la rue aux côtés de ses collègues lors des prochaines actions.


 




 

Vos commentaires