En ce moment
 
 

Plusieurs familles désemparées à l'aéroport de Bruxelles: elles n'ont pas pu partir en Grèce

Plusieurs familles désemparées à l'aéroport de Bruxelles: elles n'ont pas pu partir en Grèce
© Alertez-nous
 
CORONAVIRUS

Ce vendredi matin, de nombreuses familles, prêtes pour un départ en vacances, ont dû se résoudre à rentrer chez elles. Elles étaient à l'aéroport de Bruxelles, prêtes à monter à bord de l'avion pour Kos lorsqu'elles ont appris la nouvelle. Plusieurs personnes n'ont pas pu embarquer à cause d'un QR code. De son côté, le tour-opérateur TUI explique que les règles n'ont pas changé mais qu'elles sont appliquées plus strictement.

"Nous devons partir à 6h30 pour la Grèce. Mais le pays a changé les règles pendant la nuit. Nous ne pouvons donc plus embarquer", affirmait ce matin Jennifer via le bouton orange Alertez-nous. C'est à 5h17 et depuis l'aéroport de Bruxelles-National, que l'habitante de Tubize nous écrivait ce message. C'est en famille qu'elle devait partir sur l'île grecque de Kos avec le tour-opérateur TUI. 

Pour rappel, depuis le 1er juillet, les touristes voyageant en Grèce doivent remplir un questionnaire de santé. Ils reçoivent un QR code qui détermine s'ils doivent être soumis à un test de dépistage à leur arrivée. 

Le gouvernement a mis en place un protocole exigeant des voyageurs qu'ils remplissent un questionnaire en ligne 48 heures avant leur arrivée, avec des détails personnels comme leur pays d'origine ou les pays traversés au cours des 15 derniers jours. Ce questionnaire est obligatoire jusqu'au 31 août.

On n'y croyait pas 

Chaque personne devait recevoir un QR code personnel établi selon les données fournies qui devait être vérifié sur le téléphone mobile ou sur impression papier au port d'arrivée. Selon son code-barre, la personne doit être dirigée vers la sortie ou vers l'espace de dépistage. Dans ce cas, elle devra s'isoler à l'adresse fournie sur le questionnaire, dans l'attente des résultats du test, selon le nouveau protocole de la protection civile.

Jennifer nous explique qu'elle et son mari Christophe ont rempli tous les documents nécessaires pour leur famille, mais qu'il n'était pas mentionné qu'il fallait un QR code individuel. Ils ont donc effectué leur enregistrement 48h auparavant avec "un QR code par famille". Elle précise que sur le document qu'ils ont dû remplir, les informations étaient fournies par famille et le QR code ne semblait pas indispensable si les passagers avaient leur mail de confirmation avec eux. Mais désormais, "chaque adulte doit posséder son propre QR code", précise-t-elle. 

"Quand on nous a dit qu'on ne pouvait pas embarquer, on n'y croyait pas. On nous a fait sortir de la file", détaille Christophe.

Jennifer et Christophe déclarent avoir tout tenté pour pouvoir partir. Mais rien à faire... "J'ai proposé de remplir un nouveau formulaire sur place pour obtenir un QR code mais ils (les autorités à l'aéroport ndlr) n'ont pas pu car il faut plusieurs jours pour qu'il soit délivré", raconte-t-elle.  "Il faut 48 heures pour avoir un nouveau QR code", détaille la mère de famille qui réalise qu'elle ne pourra pas partir avant deux jours. "Au mieux, on ne pourra partir que dimanche ou lundi mais les vols sont remplis", précise Jennifer. "Ce qui me peine le plus dans toute cette histoire, c’est que j’avais fait des promesses à ma petite fille et je n ai pu les tenir", confie la jeune mère, désemparée. 

C'est le cœur lourd et les bagages dans la voiture que Jennifer, Christophe et leur fille de 14 mois sont retournés chez eux à Tubize. "On a payé un parking aéroport pour dix jours et ça nous passe sous le nez", explique-t-elle. "Beaucoup de familles sont arrivées en navette et sont coincées à l'aéroport. Il n'y a pas eu d'humanité derrière", affirme la mère de famille. 

D'autres familles concernées

La même scène se serait produite pour de nombreuses familles présentes selon Vincent, un autre voyageur dans le même cas. Ce dernier devait aussi partir pour Kos avec son épouse Delphine et leurs deux enfants, mais tout est tombé à l'eau. "Nous sommes coincés à l'aéroport de Zaventem", nous dit-il à 5h31 du matin. "Nous devions faire un enregistrement pour avoir un QR code demandé car au moment de l'enregistrement, il fallait un seul QR code par famille. Mais on ne nous laisse pas embarquer car la loi a changé à minuit", détaille l'habitant de Jauche (Brabant wallon), confirmant les dires de Jennifer et Christophe. Lui aussi a dû se résoudre à rentrer chez lui avec sa famille.

La règle d’un QR code par personne était déjà mentionnée sur notre site et dans les documents de voyage envoyés aux vacanciers

La réaction de TUI

"La législation grecque en matière d’entrée des touristes sur son territoire n’a pas changé", nous explique TUI. "Mais les autorités grecques nous ont demandé d’être plus stricts dans nos contrôles. La règle d’un QR code par personne était déjà mentionnée, à la fois sur notre site internet, et dans les documents de voyage envoyés aux vacanciers. De plus, un SMS est envoyé à chaque voyageur à destination de la Grèce afin de lui rappeler la formalité", précise la porte-parole de TUI Sarah Saucin.

Cette dernière rappelle la réglementation pour l’entrée en Grèce : Chaque voyageur en Grèce doit remplir, par adulte, un document PLF (Passenger Locator Form) au moins 24 heures avant l'arrivée dans le pays via le lien suivant: https://travel.gov.gr/#/.

Les enfants jusqu'à 18 ans peuvent être mentionnés sur la fiche de l'un des parents. Après avoir soumis son formulaire PLF, chaque voyageur recevra un code QR personnel, qui devra être présenté à son arrivée dans les aéroports grecs, soit par téléphone portable, soit sur papier.

Cependant, nous comprenons la mauvaise surprise que ces familles ont dû avoir en se rendant à l’aéroport ce matin et nos équipes travaillent actuellement pour trouver une solution pour les personnes concernées", précise la porte-parole. 

TUI semble avoir déjà trouvé une solution pour les familles concernées. "Nous pouvons changer de destination sans surplus", nous annonce Jennifer vers 10h40. La famille pourra donc s'envoler prochainement pour un autre endroit.

 

 

Vos commentaires