En ce moment
 
 

Second confinement : angoissés, les Belges vivent mal cette période

 
CORONAVIRUS
 

Le second confinement que connaît actuellement la Belgique semble plus difficile à vivre que le premier. À un mois de Noël comment se porte le moral des Belges ?

"On en a marre, on entend bien que tout le monde est débordé par la tristesse. Qu'est-ce qu'on va nous pondre demain ? C'est la grosse surprise", témoigne une Liégeoise fatiguée des mesures de sécurité et de l'incertitude constante. Les Belges sont plus angoissés. Plus d'un sur deux confie souffrir d'un mal être lié au second confinement. La tendance est même en augmentation.

Malheureusement tout est fermé donc c'est difficile

"On ne peut plus voir personne, on est tous enfermés. Ça joue un grand rôle sur la vie sociale. Et les magasins ferment les uns après les autres", déplore une jeune fille. Une morosité ambiante en pleine période de Noël. Une fête que certains passeront seul, quitte à le reporter : "Je préfère faire Noël en mars s'il faut. On fera Noël à quatre chez moi avec mon mari et mes enfants mais personnellement je préfère attendre".

L'ensemble de notre emploi du temps est désorganisé et toutes les générations sont concernées comme l'explique un jeune cycliste : "Toutes les semaines, j'avais un programme. Tout était bien fixé, ça permettait de décompresser après les cours. Malheureusement tout est fermé donc c'est difficile".

Accepter l'idée une période différente

"On a tout intérêt à s'habituer parce que j'ai l' impression que ça va encore durer", envisage un passant. Le mot d'ordre pour s'en sortir est d'accepter la situation et éviter l'isolement. Selon la professeure de psychologie à l'Université de Liège Fabienne Glowacz, il est "important que des messages clairs soit donnés rapidement au niveau de la population parce qu'on aura une période de Noël où le vivre ensemble et les réjouissances sont importantes".

Il ne faut pas se fixer sur "l'idée d'un Noël foutu", estime-t-elle, mais d'un Noël différent "où l'on va se centrer sur ce qui est essentiel pour nous et pour nos proches". La perspective d'un léger déconfinement annoncé demain pourrait améliorer cette situation même si cela prendra encore du temps.

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce jeudi 26 novembre ?

 




 

Vos commentaires