En ce moment
 

Stop aux nouveaux logements sociaux: la Ville offre du logement moyen de qualité-Ouriaghli

(Belga) Face au boom démographique, la Ville de Bruxelles a misé, au cours des dernières années, sur la mise à disposition de logements moyens publics de qualité, a affirmé mercredi l'échevin du Logement de la Ville de Bruxelles, Mohamed Ouriaghli (PS). La Régie foncière, dont l'échevin à la charge offre du logement moyen aux habitants. "A ne pas confondre avec le logement social, a dit M. Ouriaghli.

Celui-ci réagissait aux propos de l'échevine Open Vld Els Ampe qui plaide, en vue de l'échéance électorale pour un arrêt de la construction de nouveaux logements sociaux à la Ville de Bruxelles. "En mettant sur pied le 'plan 850 (ndlr: nouveaux) logements' à l'entame de l'actuelle législature, face à la demande de la population bruxelloise croissante, la Ville de Bruxelles a pris ses responsabilités en permettant à ses citoyens de se loger décemment, dans des logements de qualité. La Régie Foncière - dont l'échevin a la gestion - offre aux citoyens bruxellois du logement dit moyen. A ne pas confondre donc avec le logement social", a commenté jeudi le cabinet de Mohamed Ouriaghli. Rappelant que la construction de logements faisait partie de l'accord de l'actuelle majorité socialiste-libérale de la Ville, celui-ci a souligné que la Régie Foncière œuvrait à la croissance de son patrimoine pour offrir aux citoyens bruxellois "du logement moyen, digne et de qualité à un prix concurrentiel". Selon le cabinet de l'échevin, 68% des logements moyens sont offerts à tout candidat dont le revenu correspond à 40% du loyer. Et dès lors, 32 % du parc résidentiel est constitué de "logements à loyers et revenus encadrés". "Ce n'est certainement pas en construisant des logements de qualité à des prix abordables que l'on attire la pauvreté. Nombre de nos concitoyens éprouvent des difficultés. Si on ajoute à cela le boom démographique, on comprend comme le prix des loyers peut poser problème. Dans cette situation, le pouvoir public et les politiques doivent prendre leur responsabilité. C'est pour cela que nous construisons des logements confortables à des prix accessibles", a précisé l'échevin. M. Ouriaghli a souligné que cette politique de logement public permettait également de jouer sur les prix du marché, à l'avantage des Bruxellois. L'échevin a par ailleurs concédé que la répartition des logements sociaux devait être plus équilibrée au sein des communes de la Région de Bruxelles-Capitale. Mais celle-ci relève de la Région Bruxelloise et non de la Ville, a-t-il rappelé. (Belga)

Vos commentaires