En ce moment
 
 

Les images CHOC de chevaux maltraités en Amérique du Sud: Gaia veut interdire cette viande en Belgique

Les images CHOC de chevaux maltraités en Amérique du Sud: Gaia veut interdire cette viande en Belgique
©RTL INFO

Mangez-vous régulièrement de la viande de cheval? Notre pays, en tout cas, n'en produit quasiment pas. La viande de cheval que vous trouvez en boucherie et en supermarché est principalement importée. Plusieurs chaînes de la grande distribution, s'étaient engagées à ne plus en importer du Mexique et du Brésil suite à des cas de maltraitance avérée. Elles s'étaient alors fournies en Argentine, en Uruguay et au Canada. Problème, selon l'association de défense des animaux "Gaia". Dans ces pays, le respect des chevaux n'est pas non plus garanti.

Sur la route des abattoirs, les chevaux sont entassés dans des véhicules inadaptés. Ils sont battus, ne reçoivent ni eau, ni nourriture durant de longues heures de transport. Ces images ont été tournées entre avril 2018 et janvier cette année. 13 organisations de défense des droits des animaux ont mené cette enquête en Uruguay, Argentine et au Canada.

"Des animaux épuisés avec des jambes cassées, battus avec des bâtons. Ils ont aussi des blessures qui n’ont pas été soignées. On voit aussi des carcasses des animaux qui ne sont pas arrivés vivants à l’abattoir", dénonce Ann De Greef, la directrice de Gaia.  

Des chevaux avec des plaies ouvertes, agonisants, alors qu’ils attendent d’être abattus. Les animaux ne sont pas protégés contre les intempéries et restent sous la pluie ou la neige par -30 degrés !

Gaia demande aux consommateurs d’envoyer un e-mail aux supermarchés qui vendent encore cette viande.

"En Belgique, la plupart a déjà arrêté mais il reste encore Carrefour, Reynmans et Match qui doivent suivre le bon exemple des autres. On demande qu’ils arrêtent de vendre cette viande de cheval en provenance de l’Amérique latine", déclare Ann De Greef.

Après la diffusion de ces images, les entreprises Albert Heijn et Aoste ont annoncé qu’elles suspendaient la vente de produits à base de cheval.

Vos commentaires