En ce moment
 
 

Un Belge assigne l'Etat en justice pour obtenir des tests covid 19 en pharmacie: "Ainsi, le patient épargnerait une visite chez le médecin" (vidéo)

 

Un Belge d'une soixantaine d'années, une personne à risque, à intenté une action en justice contre l'Etat belge et l'agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). Il ne comprend pas pourquoi les tests sérologiques covid 19 ne sont pas disponibles en pharmacie comme c'est le cas en France par exemple.

Savez-vous réellement si vous avez contracté le coronavirus ? Pour en avoir le cœur net, certains Belges vont chez leur médecin, afin de subir un test sérologique sous forme de prise de sang. En France, il est désormais possible de sauter cette étape. En effet, des tests sont disponibles en pharmacie et sans ordonnance. "Il y aura un gain de temps, de facilité, d'accessibilité pour faire le test, estime Philippe Vanlangendonck, avocat d'un citoyen ayant intenté une action en justice contre l'Etat belge et l'agence fédérale des médicaments et des produits de santé (AFMPS). Ce sera peut-être aussi un peu moins cher pour celui ou celle qui veut faire le test: il peut épargner une visite chez le médecin".


Un citoyen belge veut que ce genre de tests soient disponibles en pharmacie

Voilà exactement ce que demande le client de cet avocat bruxellois. Son client d’une soixantaine d’années, patient à risques, veut lui aussi disposer d’un test en libre accès dans les pharmacies belges. Un résultat en quelques minutes, pour une dizaine d’euros. Pour obtenir gain de gain de cause, il intente une procédure contre l’Etat belge et l’agence fédérale des médicaments. "Pouvoir accéder au test permettrait d'éviter du stress, explique son avocat. [Cela permettrait à mon client, qui est] à risque d'éviter d'être confronté aux salles d'attente de généraliste où il y a peut-être d'autres personnes malades. Des centres de tri qui rassemblent les malades suspectés de covid: ce n'est pas très gai, si vous êtes à risques, de passer par ces 'entonnoirs' je dirais qui augmentent le risque".

Les autorités se renvoient la balle

Alors pourquoi la Belgique ne souhaite pas suivre l’exemple français ? Difficile d’obtenir une réponse concrète. En effet, différents acteurs se renvoient la balle, tels que le service public fédéral santé, l’agence fédérale des médicaments (AFMPS), le cabinet de la ministre de la Santé Maggie De Block, ou encore la task force en charge des masques et tests dans le pays.

Il semblerait que l’efficacité et l’utilité de ces dispositifs dits "auto-tests" soit fortement remise en cause. Un argument que cet avocat contestera devant la justice le 23 juillet prochain. 

 

Vos commentaires