Un camion bloqué pendant une heure coûte 75 €: les actions des gilets jaunes ne sont pas sans conséquences pour les entreprises (vidéo)

Les gilets jaunes ont repris certains barrages la nuit passée. Mais leur présence est de plus en plus éparse et difficile à prévoir. Selon la fédération des transporteurs, un camion bloqué pendant une heure par un gilet jaune coûte environ 75 euros.

Des braises encore chaudes et une chaise. C'est tout ce qu'il reste ce vendredi matin. Des traces de la présence des gilets jaunes qui ont installé cette nuit un barrage filtrant au zoning de Thuin (Hainaut).

Pour les entreprises, ce n'est pas toujours évident de faire face à ces actions imprévues. La brasserie de l'abbaye de Lobbes gère 6 à 8 livraisons par jour grâce à ses deux camions. Mais quand les gilets jaunes sont là, tout doit être réorganisé. "Ca change toute notre tournée, ça modifie les horaires de travail de notre personnel", précise Olivier Michel, administrateur délégué, au micro de nos journalistes Justine Roldan Perez et Gaetan Zanchetta. "Ca a un impact aussi au niveau de nos clients professionnels qui s'attendent à recevoir leurs marchandises à un certain moment de la journée et tout ça est retardé. Donc, ça a un impact sur le coût pour nous parce que le personnel arrive à l'heure mais, par contre, il termine beaucoup plus tard".

Le mouvement s'essouffle-t-il?

Selon la fédération des transporteurs, un camion qui reste bloqué pendant une heure engendre un coût de 75 euros. Des frais à la charge de l'entreprise. Mais pour les gilets jaunes, il est surtout important de montrer que le mouvement ne s'essouffle pas. "Je comprends que ce n'est pas facile pour eux mais nous, c'est un peu pour montrer qu'on est toujours là. On dit que le mouvement s'essouffle, mais il ne s'essouffle pas. On est toujours en place", confirme Jérémy, gilet jaune.

Du côté du zoning de Courcelles, les gilets jaunes sont également toujours présents. Mais ici aucun blocage: ils veulent juste montrer leur présence et sensibiliser les conducteurs. "Ce ne sont pas les entreprises le problème, c'est le gouvernement. Eux se battent tant bien que mal. C'est le gouvernement qu'il faut toucher et la manière de gestion qu'il faut changer", indique Leslie.

D'autres actions sont prévues ce weekend. A Bruxelles demain dès 11h pour distribuer des tracts ou encore à Charleroi avec une manifestation qui devrait se tenir à partir de 14h demain également. Et dimanche, les gilets jaunes carolos distribueront de la soupe aux SDF.

Vos commentaires