En ce moment
 
 

Un GROS BUG touche en ce moment l'état civil: il ne serait presque plus possible de déclarer une naissance, un décès ou un mariage en Belgique

Nous vous l'annoncions ce 1er avril. L'État civil s'est numérisé et les actes de naissance ou de mariage sur papier appartiennent désormais au passé. Depuis cette date, les actes sont devenus numériques et sont conservés dans une banque de données centrale, comme l'avait annoncé le ministre de la Justice, Koen Geens.

L'officier de l'État civil doit juste apposer sa signature de manière électronique, et celle-ci est suffisante, sauf que... l'outil informatique connaît quelques problèmes depuis son démarrage.

Cela engendre des problèmes conséquents, comme l'organisation de funérailles pour des personnes qui ne sont pas encore "administrativement" décédées, ou du retard dans les déclarations fournies par des mutuelles.

Les administrations communales se retrouvent du coup dans l'impossibilité d'encoder ces actes importants.

Du côté du SPF Intérieur, on reconnait quelques problèmes, mais les administrations concernées peuvent toujours revenir en arrière et créer une version papier de ces actes. 


Exemple à Seraing

À Seraing ce matin, les extraits d'acte de naissance sortent de l'imprimante, "mais ça ne marche pas tout le temps", explique Luc Nizet, employé à l'état civil.

Pour un couple qui se présente ensuite devant lui, c'est plus compliqué : il faut appeler un collègue à Huy pour tenter de débloquer un document perdu dans le système informatique. Mais malgré plusieurs minutes au téléphone, le couple devra attendre un, 2 ou 3 jours et revenir à l'administration.

Cette numérisation entraîne un gros travail pour les administrations : il faut scanner tous les registres, mais certains documents ne sont pas encore disponibles dans la base de données, et régulièrement le programme ne fonctionne pas.

"À la place de faire un seul mouvement pour obtenir un acte qui prenait 3 seconde 30, aujourd'hui, il faut parfois 3 jours, 3 personnes et 4 essais, explique Sabine Roberty, échevine de l'état civil. On multiplie par 2 pu par 3 la charge de travail, raison pour laquelle chez nous, l'après-midi c'est fermé."

À Seraing, les agents tentent de rester positifs : la situation s'améliore progressivement et d'ici quelques jours, tout devrait rentrer dans l'ordre.

Vos commentaires