En ce moment
 

Un site "d'éducation sexuelle" pour enfants crée un malaise en Flandre: les dessins sont... très explicites

Une brochure et un site internet qui se veulent tous les deux éducatifs créent l'émoi en Flandre. Une brochure destinée aux 5ème et 6ème primaires qui reprend toutes les questions que l'on peut se poser avant l'adolescence. Mais ce qui suscite le malaise, c'est un site internet, renseigné dans la brochure...

Le site Alles-over-seks (Tout sur le sexe), c'est un site de Sensoa, le centre flamand d'expertise sur la santé sexuelle, et sponsorisé par la marque de préservatifs Durex. Le site propose des réponses à toutes sortes de questions liées à la sexualité : contraception, règles, identité sexuelle et de genre, maladies...

Mais ce qui choque certains parents, c'est l'onglet "pratique". On y trouve une liste de conseils détaillés, rangés par catégories : comment bien pratiquer masturbation, fellation, pénétration vaginale ou anale. Le tout illustré par des dessins très clairs.

Autre problème: au moins une page contient des liens directs vers de sites pornographiques, avec une présentation du contenu de chaque site.


Dans quel cadre ont été distribuées ces brochures ?

Il s'agit en fait du "Jongeren Gids", le guide des jeunes. Un pavé d'une centaine de pages, disponible dans les écoles et les services pour jeunes et géré par le ministère flamand de la Jeunesse. Ce guide aborde la sexualité, donc, mais aussi le choix des études, l'argent de poche...

Contactés hier soir par le quotidien la Libre Belgique, le centre Sensoa n'a pas souhaité réagir. Pour sa part, Sven Gatz, le ministre flamand de la Jeunesse indique que "Le guide permet aux jeunes qui se posent des questions délicates de ne pas tomber sur des sites internet qui contiennent des informations inappropriées".


"Les questions des enfants sont parfois très dérangeantes"

"Les questions des enfants et même des petits sont parfois très crues et très dérangeantes et donc c’est vrai que l’adulte doit pouvoir répondre avec des mots adaptés à ce que l’enfant lui envoie, même si ce n’est pas en fonction de son âge et qu’avant on parlait plutôt des abeilles etc.", explique Catherine Vanesse, responsable du service formation de la fédération laïque de centre de planning familial.

Vos commentaires