En ce moment
 

Une fille sur six victime de harcèlement sexuel dans un festival ces 3 dernières années: "Il faut généraliser l’éducation de la vie affective"

Pour lutter contre ce phénomène, la ministre du droit des femmes de la Fédération Wallonie Bruxelles, Isabelle Simonis, veut renforcer les animations d’éducations sexuelle et affective durant ces évènements.

Isabelle Simonis, ministre de la promotion sociale, de la jeunesse, des droits des femmes et de l’égalité des chances, était notre invitée sur le plateau du RTLinfo13H.

Est-ce que c'est un phénomène qui est en hausse ces dernières années ?

C’est en tout cas un chiffre extrêmement interpellant mais il faut toujours aussi souligner que ce nombre de faits de harcèlement est aussi présent dans d’autres festivals, dans la rue, dans les transports en commun. Ce chiffre révélé par des enquêtes, des études, nous permet de mieux cibler les actions politiques.


Comment concrètement vous comptez mettre en place ces animations d'éducation sexuelles et affectives dans les festivals ?

Pour cette année, nous voulons renforcer la prévention. Nous avons attiré l’attention des associations qui travaillent déjà dans le cadre des festivals, mais aussi celle des responsables de festivals afin qu’ils prennent ce phénomène à bras le corps et qu’ils envisagent un plan d’action. C’est d’ailleurs le cas dans certains festivals comme Esperanza ou les fêtes de la solidarité. On voit bien qu’il y a une prise de conscience.

Dans un deuxième temps, je vais augmenter le budget des opérateurs qui sont reconnus pas notre fédération pour qu’ils puissent agir plus et mieux : animation, prévention, outils pédagogiques…


Est-ce que ce n'est pas toute une éducation qui est à revoir déjà auprès des élèves dans les écoles ?

Bien évidemment. Il faut qu’on puisse enfin généraliser ce qu’on appelle l’éducation de la vie affective et sexuelle. Qu’il s’agisse des organisations de jeunesse, mais aussi agricoles. J’espère vraiment que nous y arriverons avant la fin de cette législature. La question de l’éducation à une relation librement consentie me parait vraiment très importante et participe aussi du respect entre les filles et les garçons.

Vos commentaires