En ce moment
 
 

Voyages à l'étranger autorisés, mais déconseillés: "C'est la manière dont vous vous comportez qui est vraiment importante"

 
CORONAVIRUS
 

A trois semaines de noël, vous aviez peut-être des projets de vacances. Le comité de concertation de vendredi n’interdit pas les déplacements à l’étranger, mais il promet qu’il contrôlera le retour des vacances et le respect des quarantaines. Anne-Sophie Snyers, secrétaire générale de l’Union professionnelle des agences de voyage, était présente sur le plateau du RTL Info 13h pour donner les détails.

Olivier Schoonejans: Les voyages sont-ils interdit ou autorisés?

Anne-Sophie Snyers, secrétaire générale de l'union professionnelle des agences de voyage: Ils ne sont pas interdits, ils sont strictement déconseillés, ce qui change beaucoup pour le secteur du tourisme en Belgique. Depuis le 25 septembre, il n’est plus interdit de voyager vers les zones dîtes rouges, donc c’est vrai que le Premier ministre a eu un discours qui n’était peut-être pas très clair vendredi.

O.S.: C’est-à-dire ?

AS.S.: Il a mentionné le fait qu’effectivement strictement déconseillé, il fortement insisté sur le "déconseillé". Il a parlé des zones rouges. Il faut savoir que depuis le 25 septembre, il y a, au-delà du "Passenger Locator Form", ce fameux document qu’il faut remplir quand on rentre, il y a aussi un document d’auto-évaluation. C’est un document qui est très bien fait, qui comporte trois ou quatre questions, vous devez le remplir de manière assez honnête, et qui va dire si oui ou non vous devez faire une quarantaine quand vous rentrez. Si vous êtes partis dans votre seconde résidence, si vous êtes allé dans un endroit où il n’y a pas de raison que vous ayez été en contact avec d’autres, vous ne devrez pas faire de quarantaine.

O.S.: Finalement, pour vous qui êtes professionnelle du voyage, le plus important c’est quoi? L’endroit où on se rend ou les comportements qu’on adopte?

AS.S.: Depuis le début c’est ce qu’on mentionne dans toute notre communication vers les clients et vers la presse, de dire: c’est vraiment la manière dont vous vous comportez qui est importante. Il est tout aussi important de respecter les gestes barrières que vous soyez à l’étranger ou que vous soyez à la Grand Place de Bruxelles.

O.S.: Les vacances au ski sont quasiment annulées pour tout le monde pour les vacances de noël. Vous vendez quel type de voyage et pour quand actuellement?

AS.S.: Il y a deux tendances. Il y a les agences de voyage qui sont un peu perdues avec les déclarations des politiques et qui se focalisent sur l’été, d’autres qui sont un peu plus optimistes avec le vaccin en espérant pouvoir avoir le vaccin au printemps et qui vendent déjà pour le printemps. D’autres encore maintiennent que les voyages ne sont pas interdits et que, oui, on peut partir ce noël-ci en vacances. On peut partir à la montagne même si certains pays ferment les remontées mécaniques, donc l’objet essentiel du voyage est un petit peu compromis, mais les stations sont ouvertes. Il y a des stations qui ouvrent, et il y a des stations d’été qui sont assez prisées.

O.S.: Vous préféreriez que le gouvernement dise: "Certains voyages sont interdits." Ce serait plus simple pour vous ou pas spécialement?

AS.S.: Non, pas du tout. Il est très important de dire que les voyages sont autorisés, et insister sur le comportement de la personne. Je crois que c’est ça le plus important, que ce soit en Belgique ou à l’étranger.

COVID-19 Belgique : où en est l’épidémie ce lundi 30 novembre ?

 




 

Vos commentaires