En ce moment
 
 

Farciennes: une résidence pour personnes handicapées en train de fermer devient un phénomène TikTok

 
 

A Farciennes, dans la région de Charleroi, un centre d’accueil pour personnes handicapées doit fermer ses portes. La résidence « Le prisme » a été touchée par des problèmes financiers à cause de la crise sanitaire. Résultat : la dizaine de résidents qui restent quitte progressivement les lieux. Des départs douloureux qu’Amélie Blancquaert, la directrice de la résidence, a décidé de montrer dans des vidéos parfois poignantes diffusées sur le réseau social TikTok.

"Un petit bisou ? Tu ne m’oublies pas, tu fais comme on a dit hein ? Tu écoutes Christine". Ce mercredi, c’était de nouveau l’heure des adieux. Joël et Christine ont quitté la résidence pour se rendre dans un centre spécialisé à Bruxelles. "C’est horrible", témoigne Amélie Blancquaert en fondant en larmes. "C’est un déchirement à chaque fois en fait. (…) Mais c’est pour un bien."

Avant l’arrivée du Covid, ils étaient 21 patients à vivre là. Mais "le corona malheureusement nous a pris des résidents, et là ça a été la chute libre parce qu’on a perdu des loyers", leur seule source de revenus. Le centre a perdu en quelques mois 3 résidents décédés et un quatrième qui a dû quitter les lieux pour être soigné, ainsi que du personnel.

La directrice a dû se résoudre à fermer. Et depuis le début des départs, Amélie filme leur quotidien sur les réseaux sociaux. "Je veux faire briller des étoiles avant que cette maison ferme, voilà. Donc mes étoiles continueront à briller même si cette maison sera fermée."

Chaque vidéo est vue près de 20.000 fois et les retours sont très positifs. "Beaucoup de commentaires, c’est énorme en fait. C’est tout le temps plein de nouveaux abonnés, mais des vrais abonnés qui demandent tout le temps comment vont les résidents, qui est parti. Et en fait on a fait une communauté où tout le monde connait les résidents un par un", se réjouit-elle.

Un peu de baume au cœur donc, en attendant que les 11 résidents restants aient quitté leur maison.


 




 

Vos commentaires