En ce moment
 

Les voitures du salon de l'auto victimes des voleurs et vandales: même les pièces les plus surprenantes sont visées

Samedi soir, des bijoux exposés au salon de l'auto ont été dérobés. La sécurité a été renforcée pour cet événement. Car les véhicules montrés au public sont eux aussi la cible de voleurs et de vandales. Nos journalistes Arnaud Gabriel et François-Xavier Van Leeuw se sont rendus sur place.

A côté des bolides exposés au salon de l'auto, il y a aussi quelques stands qui exposent des montres et des bracelets de luxe. Samedi, vers 19h15, alors que le salon fermait ses portes, un individu s'est emparé de bijoux. Grâce au service de sécurité, le suspect a été intercepté en flagrant délit et inculpé pour vol avec effraction.

"On nous a même volé un siège amovible"

Des vols comme celui-là sont très rares au salon de l'auto. Par contre, tous les exposants vous le diront: des objets disparaissent chaque année. "Ce matin nous avons constaté la disparition des deux antennes sur des Citroën de notre stand", indique Anouk Van Vliet, porte-parole de Citroën. "Il y a quelques années, on nous a même volé un siège amovible dans une de nos voitures".

Les bouchons du réservoir de carburant. Les jauges d'huile ou encore les tapis de sol sont les principales cibles. Même les tiges pour tenir les capots ouverts sont dérobées.

Face à ces actes, les marques s'adaptent. Chez Honda, par exemple, un véhicule de course est exposé. Sur cette voiture, il manque pourtant un élément essentiel: le volant. "C'est une mesure préventive, évidemment. On a retiré le volant pour la durée du salon. On le remettra à la fin du salon, bien en place. C'est un volant qui a une certaine valeur, même si dans la vie quotidienne on ne sait strictement rien en faire, à moins d'avoir une voiture de course. Mais pour éviter tout souci, on a préféré le mettre à l'abri", explique Georges Dewulf, porte-parole de Honda.


Des actes de vandalisme

Chez une marque allemande premium, les vols sont limités. Cela n'empêche pourtant pas quelques problèmes. La tension est grande autour d'un modèle à plus de 190.000 euros. "Parfois il y a les petites pipettes des roues. Sinon on a eu quelques cas de vandalisme, malheureusement. Comme on le voit ici, le siège a été abimé avec un couteau. C'est déjà le deuxième cas", confie Christophe Vloebergh, porte-parole de Mercedes-Benz. "Depuis lors, nous avons des membres de la sécurité qui sont en civil sur le stand, pour essayer de vérifier ce qui se passe".

La plupart des faits de vol ou de vandalisme sont identifiés et arrêtés. Le dispositif de sécurité sur le salon est important et les caméras nombreuses.

Vos commentaires