En ce moment
 
 

David, miraculé, a vu toutes ses angoisses revenir suite à sa guérison soudaine: "Il faut retrouver un objectif dans la vie"

 
 

En 2010, David Demeire développe un cancer. Selon son médecin, il ne lui reste plus que 8 mois à vivre. Il décide alors de tout quitter. Mais peu de temps après, sa tumeur disparaît miraculeusement. Une bonne nouvelle qui n’avait pas que des bons côtés, témoigne-t-il 12 ans plus tard sur le plateau de C’est pas tous les jours dimanche.

Et vous que feriez-vous si l’on vous annonçait votre mort imminente ? Faire le tour du monde, tout dépenser ou encore tout plaquer… C’est ce qu’a fait David en 2010, lorsque les médecins lui diagnostiquent une tumeur inguérissable aux poumons.

Suite à cette annonce, toutes ses peurs s’évanouissent. "La peur de l’avenir évidemment, mais aussi la peur pour ses enfants et de mettre de l'argent de côté aussi", explique-t-il avant de poursuivre, "il s’agit de la peur du vide, car l’être humain a peur tout le temps selon moi". Le Montois, âgé de 47 ans à l’époque, décide alors de vendre son entreprise et de mettre fin à son mariage qui battait de l’aile.

David part alors en voyage avec une amie pour profiter de ce qu’il pense être ses derniers instants. Mais quelque temps après, on lui annonce que sa tumeur a complètement disparu. Un fait rarissime.


Je dis toujours qu’à chaque chose, malheur est bon

On pourrait croire qu’une telle nouvelle aurait soulagé David. Mais au lieu de ça, toutes ses angoisses reviennent. "Il faut penser à retravailler, retrouver un logement définitif et surtout arrêter de dépenser, car nous avions beaucoup voyagé", raconte-t-il avant d’ajouter, "il faut retrouver un objectif dans la vie".

Avec le temps, David a réussi à retrouver une santé financière. "Mes poumons fonctionnent à 32% de leur capacité respiratoire suite à ma maladie. J’ai donc un arrêt de travail. Ma femme et moi étions associés. À l’heure actuelle, c’est elle qui gère nos affaires", explique-t-il.

Marié avec celle qu’il avait rejoint suite à l’annonce de sa mort imminente, l’homme de 57 ans a su tirer le meilleur de son expérience. "Je dis toujours qu’à chaque chose, malheur est bon. Cette histoire m’a réellement fait prendre conscience de ça", explique-t-il. Heureux de pouvoir partager son vécu, David ne conseille qu’une seule chose: profiter de la vie comme si demain n’existait pas. "Il faut profiter de la vie pour voyager, faire la fête, rencontrer des gens… Même si en réalité, ces choses sont difficiles à faire lorsqu’on travaille", conclut-il.

 


 

Vos commentaires