En ce moment
 
 

Les conditions de travail des infirmiers empêchent-ils les étudiants d'être bien formés? "Il faut être réaliste" (vidéo)

Heures supplémentaires qui s’accumulent et impossibles à rattraper, lourdeur de l’administratif et lenteur de l’informatique, les conditions alimentent un cercle vicieux : fatigue, stress, augmentation des conflits internes, burn-out, épuisements physiques. Le personnel infirmier dans les hôpitaux, à domicile et dans les maisons de repos craque… certains vont jusqu’à dire que des services entiers pourraient s’effondrer. Comment des étudiants peuvent-ils encore être formés correctement dans ces conditions ?

Antoine Harte, étudiant en 3e année de soins infirmiers à Charleroi, était l'invité de "C'est pas tous les jours dimanche". Il évoque les difficultés à apprendre le métier qu'il souhaite exercer. Il y a tout d'abord le manque de temps des infirmiers qui entre en compte. "Il faut être réaliste. Entre un patient en difficulté et un étudiant, les infirmiers vont porter leur attention sur le patient avant tout."

Les jeunes ne sont donc plus formés comme avant à leur futur métier. "Il y a des infirmiers et infirmières étudiants qui sont plus débrouillards que d'autres. Ceux qui le sont moins devraient être un peu plus formés et à cause de ce surplus de travail, c'est très compliqué pour les infirmières de se pencher sur des compétences."

Une question abordé également sur le plateau est la formation des étudiants français qui étudient chez nous avant de retourner exercer leur métier dans leur pays. "Il est parfois arrivé en stage que, comme le personnel infirmier sait très bien que les Français ne sont pas rester en Belgique, ils sont peut-être moins conciliants. On l'a déjà remarqué. Attention, ce n'est pas le cas de tous. Ce manque de temps et ce surplus de travail sont un gros problème par rapport à la formation des étudiants."

Vos commentaires