En ce moment
 

Panneaux photovoltaïques, qui va payer ? "J'en ai assez que cette facture d'électricité devienne une feuille d'impôt"

  • "J''en ai assez que cette facture d''électricité devienne une feuille d''impôt"

  • Photovoltaïque: le cadeau électoral de Crucke ?

 

Le journal 'Le Soir' en faisait sa Une cette semaine. Un geste du ministre wallon de l’énergie Jean-Luc Crucke envers les détenteurs de panneaux solaires va coûter une vingtaine d’euro à chaque ménage sans panneaux. Actuellement en Wallonie, les propriétaires de panneaux photovoltaïques ne doivent pas payer les frais d’accès au réseau électrique. Une économie pour eux de plusieurs centaines d’euros par an. Or, les propriétaires de panneaux flamands et bruxellois doivent, eux, bel et bien s’acquitter de cette somme pour utiliser le réseau électrique classique, quand il fait nuit ou quand il n’y a pas de soleil. Jean-Luc Crucke va lui aussi adapter la réglementation wallonne, mais uniquement pour les nouveaux propriétaires de panneaux, pas pour les 150.000 qui en ont déjà. Résultat, dit la Cwape, le régulateur électrique wallon : c’est l’ensemble des Wallons qui va devoir payer pour eux.

Jean-Luc Crucke, ministre wallon du Budget, des Finances, de l'Energie, du Climat et des Aéroports  (MR), s'est expliqué ce dimanche sur le plateau de "C'est pas tous les jours dimanche": "Je crois que c'est faire un procès à tous ceux qui ont cru en la parole de l'État, quelle que soit leur situation dans la vie.  Des gens se sont dit 'le développement durable pour demain, c'est une orientation dans laquelle nous devons nous inscrire.' Ils l'ont fait. Ils ont pris des risques, parfois payants. Mais ils ont cru en cette parole qu'ils ne seraient pas rattrapé par un tarif d'injection. Et aujourd'hui, le tarif que l'on voudrait appliquer à partir de janvier 2020 ferait renoncer à la promesse qui avait été donnée par des précédents gouvernements. Pour moi, la parole donnée en politique, cela a un sens."

Régis François, président de "Touche pas à mes certificats verts", était également invité à s'exprimer sur le sujet. Il a fait savoir: "Il a fallu des pionniers pour installer des photovoltaïques sur les toits. Et aujourd'hui, je commence véritablement à en avoir assez qu'on oppose des personnes qui ont des panneaux aux personnes qui n'ont pas de panneaux. Pourquoi ? Aujourd'hui, quelqu'un qui exploite un parc éolien et qui utilise aussi le réseau paie plus de 40 fois moins que ce que l'on va réclamer à quelqu'un qui a des panneaux sur les toits. C'est un problème majeur. Deuxième problème majeur, en 2011, l'ancien président de la Cwape (la Commission wallonne pour l'énergie), défendait, soutenait le principe de compensation et de compteur qui tourne à l'envers devant le Parlement wallon. Un an et demi plus tard, volte-face totale. Je pense qu'ils ont eu des pressions. Jean-Marc Nollet me l'avait dit aussi 'ORES est revenu vers nous, attention ils ont fait une règle de trois, il nous manque X millions d'euros.' Et cela, uniquement pour rétribuer les communes. J'en ai assez que cette facture d'électricité devienne une feuille d'impôt"

Vos commentaires