Paul Magnette réagit à l'attaque lancée par Willy Borsus sur les dépenses du gouvernement wallon

Cette semaine, le gouvernement wallon dirigé par le MR et le cdH a annoncé avoir réduit les dépenses des cabinets ministériels de 18% par rapport à la législature précédente. Pour rappel, la précédente majorité incluait le PS et le cdH.


La critique de Willy Borsus

Willy Borsus (MR), l'actuel ministre-président wallon, en a profité pour lancer une pique à son prédécesseur à son poste, Paul Magnette. Le socialiste avait occupé la fonction de 2014 à 2017. "On avait pris l'habitude de vivre, peut-être, avec un train de vie qui était un peu décalé par rapport à la nécessité wallonne. Il y a l'exemple des voitures. Quand on parle de plus d'une quarantaine de voitures qui ont été éliminées du parc automobile des cabinets ministériels, on imagine bien qu'il y avait des efforts à faire", a lancé cette semaine Willy Borsus.


La réponse de Paul Magnette

Ce dimanche, Paul Magnette était l'invité de l'émission C'est pas tous les jours dimanche sur RTL-TVI et RTL Play. Le présentateur Christophe Deborsu n'a pas manqué de faire réagir le bourgmestre de Charleroi à ce sujet. "D'abord, je crois que c'est un débat un peu simpliste qui cache toutes les vraies mesures qui sont prises par le gouvernement, mais je vais vous répondre. Je veux être claire et parfaitement transparent. La manière dont ce gouvernement comptabilise la taille des cabinets est tout à fait incorrecte. Il ne comptabilise pas les agents qui viennent de l'administration et qui sont dans les cabinets. Et si on fait ça, on voit qu'on a les mêmes tailles de fonctionnement", a réagi Paul Magnette.

Le porte-parole du Parti socialiste a également répondu sur la question du parc automobile. "Je veux bien qu'on compare la voiture que j'avais quand j'étais ministre-président, une Volvo break familiale toute simple, comparé aux plus grosses Mercedes, BMW et aux Tesla à 100.000 euros qu'on trouve dans ce gouvernement-là. Donc je trouve que c'est un mauvais débat", a-t-il conclu.

Dans la suite de l'émission, Christophe Deborsu a reçu un message de Carlo Di Antonio, ministre wallon détenteur d'une Tesla: celui-ci a souhaité préciser qu'il avait lui-même payé son véhicule et qu'il ne s'agissait pas d'une voiture de la région wallonne.

Vos commentaires