En ce moment
 
 

5 choses que vous ignoriez (peut-être) sur Dick Rivers

Le cheveu à jamais noir de jais, la voix tannée par le tabac, le vibrato en embuscade, Dick Rivers, décédé mercredi le jour de son 74e anniversaire, s'était composé de toutes pièces un personnage de rocker-crooner à la française d'une longévité record.

1. "On voulait tous s'appeler 'Deke Rivers' "

L’ex-leader des Chats sauvages s’appelait Hervé Forneri. C’est en 1957, lors de sa première audition, qu’il opte pour le pseudo “Deke Rivers”. Dans une interview donnée à Libération en 2017, il expliquait ce choix : "On m’a convaincu, chez Pathé, qu’il serait compliqué de chanter le rock avec un nom à consonance française. J’ai pensé à un long métrage culte, mon film de chevet, Loving You. Elvis joue un personnage nommé Deke Rivers. Pour le prénom, j’ai pensé à Moby Dick. Johnny m’a confié ceci : 'à l’époque, on voulait tous s’appeler Deke Rivers' ".


2. Elvis Presley, son idole depuis toujours

C'est en entendant le titre Heartbreak Hotel d'Elvis Presley que Dick Rivers a eu envie de devenir chanteur. En 1969, il le rencontre à Las Vegas. "C’était une rencontre de chanteurs, sauf que lui ne savait pas que je l’étais moi-même", rigolait-il dans une interview donnée à France Soir. Avant d'ajouter: "Il était super sympa, il m’a demandé si j’avais aimé son spectacle. Nous avons aussi parlé de l’Europe, où il a fait son service militaire. Il venait souvent en permission en France, il tenait à savoir si les gens l’aimaient toujours autant". 


3. Il avait frôlé la mort en 2014

En 2014, Dick Rivers avait frôlé la mort après un traumatisme crânien. "Lorsqu’on est arrivé devant l’hôpital, il s’est effondré sur un mur qu’il y avait juste devant. Moi j’étais devant, je me suis retournée pour lui parler. Je l’ai vu tomber raide sur le truc. J’ai eu la peur de ma vie parce que je croyais qu’il était mort", racontait sa femme Babette. Suite à cela, le rockeur avait annulé plusieurs dates de concert.

Quelques mois plus tard, au micro de RTL France, le chanteur à la banane se voulait rassurant. Il confiait cependant "penser souvent à la mort". "Je pense souvent à la mort, parce que c'est la fin, et que je redoute la fin", avait-il soufflé.


4. Il en avait marre d’être vu comme la "troisième roue de la charrette"

Dans un livre d'entretiens avec Sam Bernett, il disait sa frustration d'être la "troisième roue de la charrette" du rock français. Dans une interview donnée à Nice Matin en 2012, il narrait: "Parce que j'ai démarré trois mois après et que je venais de province, je suis la troisième roue de la charrette", indiquait-il. Selon lui, il ne s'agissait pas d'un problème de reconnaissance. "Que Ruquier fasse comme si je n'existais pas, que Drucker ne m'ait jamais invité, je trouve ça limite irrespectueux. Même chose pour les Enfoirés, quand on sait que c'est moi qui, le premier, ai imposé Coluche en première partie de mes spectacles…".


5. Parmi ses derniers duos, Julien Doré

L'an passé, Dick Rivers s'était toutefois fait remarquer dans un duo réussi avec Julien Doré pour la reprise du tube de Rose Laurens "Africa", dans lequel il rappelait que sa voix grave et profonde avait finalement peu d'équivalent en France. Le clip, objet de hype, qui met en scène leur rencontre comme dans un western, mais dans un café de village, théâtre d'un étonnant karaoké à deux. "Un dialogue touchant, comme celui d'un père avec son fils", confiait non sans retenue Julien Doré. "On se connait depuis longtemps, mais on n'avait pas encore eu l'occasion de faire de la musique ensemble. Dessus, il a un timbre très bas. Dick devrait chanter plus comme ça, il a une voix hallucinante entre Johnny Cash et Leonard Cohen", ajoutait le chanteur à crinière blonde et bouclée.

Vos commentaires