En ce moment
 

Allemagne: Première exposition pour le dessin en lambeaux de Banksy

Allemagne: Première exposition pour le dessin en lambeaux de Banksy
La toile "Love is in the bin" de l'artiste britannique Banksy au musée Frieder Burda de Baden-Baden en Allemagne le 4 février 2019THOMAS KIENZLE

Après avoir sidéré le monde de l'art avec son "autodestruction" partielle lors d'une enchère, "Love is in the bin", la célèbre toile du street artist britannique Banksy est exposée à partir de mardi en première mondiale dans un musée allemand à Baden-Baden.

Alors que beaucoup redoutent une énième facétie du pape du street art, coutumier des coups d'éclats, le directeur du musée Frieder Burda où "Love is in the bin" ("L'amour est dans la poubelle") sera visible gratuitement jusqu'au 3 mars, se veut rassurant: la broyeuse, cachée par Banksy dans le cadre du tableau et qui avait partiellement lacéré la toile, a été "désactivée", a assuré Henning Schapper lundi lors de l'accrochage du tableau.

"Banksy est critique, il est subversif, il est aussi très intelligent, il a un humour particulier et il est malin", a-t-il résumé devant la presse.

"Nous voulions éviter d'avoir, dans trois ou quatre jours, un visiteur qui, exactement comme à Londres, dissimule un bouton... et que le déchiquetage continue!", a-t-il ajouté.

- Broyeuse "désactivée" -

"C'est pourquoi nous avons ouvert le cadre, nous avons tout examiné et nous avons vu que le mécanisme (de la broyeuse) avait été désactivé", a poursuivi le directeur, laissant en revanche planer le mystère sur l'identité de celui ou ceux qui avaient neutralisé le mécanisme...

"Nous voyons donc de façon positive" les quatre semaines que va durer l'exposition, a-t-il ajouté, s'attendant à ce qu'elle suscite "un gros intérêt" public, en particulier chez les jeunes et les fans du natif de Bristol.

L'autodestruction partielle de sa toile le 5 octobre, juste après son acquisition chez Sotheby's à Londres "par une collectionneuse européenne" pour 1,042 million de livres (1,185 million d'euros), avait créé un séisme dans le monde de l'art.

Dès l'enchère bouclée et à la stupeur générale, le dessin -- une acrylique et aérosol montrant une petite fille laissant s'envoler un ballon rouge en forme de cœur -- était descendu dans la partie inférieure du tableau, happé par une déchiqueteuse dissimulée par Banksy lui-même. La moitié de l'œuvre avait été réduite en fines lamelles.

D'abord choquée, l'acheteuse avait ensuite confirmé sa décision de conserver l'œuvre dans son nouvel état.

Les images de "l'auto-lacération" de la toile avaient fait le tour du monde.

- "Explosion" -

En dépit, ou à cause des dégradations, la cote de la toile avait augmenté, alors même que l'acte de Banksy visait à dénoncer la "marchandisation" de l'art.

"On parle d'une explosion de la valeur, mais cela relève de la spéculation, on n'en sait rien", nuance Henning Schapper.

Lundi après-midi, devant une vingtaine de journalistes et sous les crépitements des appareils photos, la toile a été accrochée dans la salle d'une cinquantaine de m2 aux murs anthracites confectionné par le musée badois.

Le tableau a été lentement et précautionneusement fixé au mur par deux employés du musée, gantés de blanc, les lambeaux pendant sous le cadre.

Deux écrans diffusant les images devenues virales de "l'autodestruction" ainsi qu'un film de Banksy complètent l'exposition, qui verra aussi se tenir un symposium sur Banksy.

Initialement, l'oeuvre, désormais l'une des plus célèbres de l'artiste anonyme, montrait une petite fille lâchant un ballon rouge en forme de cœur et s'intitulait "Girl with balloon" ("Fille avec ballon"). Depuis, Banksy l'a renommée "Love is in the bin".

Contactée par le musée Burda, la propriétaire de la toile a accepté de la prêter. Après Baden-Baden, elle poursuivra sa route vers la Staatsgalerie de Stuttgart (sud-ouest), où elle fera étape pendant une année.

Vos commentaires