Après des débuts chaotiques, "DAU" enfin visible sur ses 3 sites parisiens

Après des débuts chaotiques,
Une salle de l'exposition faisant partie du projet DAU, lors de la présentation à la presse le 23 janvier 2019 à ParisPhilippe LOPEZ
Russie

Le projet artistique "DAU", gigantesque exposition immersive qui divise et dont le démarrage a connu du retard, est enfin visible sur ses trois lieux dédiés à Paris, ont indiqué les organisateurs.

Depuis samedi soir, le Théâtre du Châtelet accueille à son tour le public "permettant ainsi une exploration totale de DAU, avec le Théâtre de la Ville et le Centre Pompidou", selon un communiqué de l'organisation.

Initialement, DAU, qui ambitionne d'emmener le public dans un "voyage" en Union soviétique sur une période de 30 ans, de 1938 à 1968, à travers des films (et 700 heures de rush non montés) des concerts, des conférences et des performances et même un chaman venu de Sibérie devait s'ouvrir simultanément dans ces trois lieux le 24 janvier.

Mais son démarrage a été perturbé par des problèmes techniques et de sécurité.

Cette oeuvre titanesque, qui doit durer jusqu'au 17 février, est accessible aux personnes ayant acheté des "visas" en ligne pour 6 heures, 24 heures ou un accès illimité, payés entre 35 et 150 euros.

En début de semaine, quelque 6.000 "visas" d'entrée avaient été écoulés pour ce projet atypique, orchestré par le réalisateur russe Ilya Khrzhanovsky - qui y travaillait depuis douze ans - et interdit aux moins de 18 ans.

"DAU" est une contraction du nom du Prix Nobel de physique et scientifique soviétique Lev Landau (1908-1968) sur qui Khrzhanovsky voulait faire un biopic.

Initialement proposée à Berlin, qui a renoncé, la performance qui mobilise de nombreux acteurs, danseurs et artistes est présentée à Paris en première mondiale et sera ensuite montré à Londres.

Vos commentaires