En ce moment
 
 

Au festival Sundance, les premiers pas sur la lune comme on ne les a jamais vus

Au festival Sundance, les premiers pas sur la lune comme on ne les a jamais vus
Rick Armstrong, le responsable de la programmation du festival de cinéma Sundance Kim Yutani, et le documentariste Todd Miller, lors de la première d'"Apollo 11" le 25 janvier 2019 à Park CityCassidy Sparrow
espace

On pensait avoir tout vu sur la mission Apollo 11 et les premiers pas sur la lune, mais la découverte d'un "trésor" d'images inédites aux Archives nationales américaines a permis au documentariste Todd Miller de montrer sous un jour nouveau l'un des plus "incroyables témoignages de l'ingéniosité humaine".

Le film, sobrement baptisé "Apollo 11", a été projeté en avant-première mondiale au Festival de cinéma de Sundance qui s'est ouvert jeudi dans les montagnes de l'Utah (ouest des Etats-Unis), à quelques mois du cinquantième anniversaire des premiers pas sur la lune, le 20 juillet 1969.

Dans un entretien à l'AFP, le cinéaste Todd Miller – dont le film "Dinosaur 13" avait été projeté à Sundance en 2014 – explique que son objectif initial était de raconter le déroulement de la mission en mode "cinéma vérité" – sans aucun commentaire, en se basant uniquement sur les images.

"Ce que nous ignorions quand nous avons démarré le projet, c'est qu'il existait un trésor de films en 70mm, un format très large, sur le programme Apollo et notamment Apollo 11", déclare-t-il. Ce "trésor" dormait dans les Archives nationales américaines, depuis que la Nasa l'y avait déposé il y a plusieurs décennies.

Si l'on ajoute à cela la mise à disposition, par l'Agence spatiale américaine, de quelque 11.000 heures d'enregistrements audio non catalogués – M. Miller et ses équipes ont dû en écouter une bonne partie, s'appuyant également sur les travaux de chercheurs travaillant sur ce matériel depuis cinq ans –le projet a pris une toute autre dimension.

"Une bonne moitié du film est composée d'images inédites mais en vérité, en termes de qualité, c'est 100% des images du film qui n'ont jamais vraiment été vues jusqu'ici, parce que nous avons rescanné tout le nouveau matériel, mais aussi l'existant", dit-il.

- "Capsule temporelle" -

Le résultat est stupéfiant. Clarté de l'image –la numérisation des pellicules originales a été réalisée en très haute définition–, somptuosité du grand format, et choix aussi pertinent qu'élégant des images... "Apollo 11" offre une plongée à la fois intime et monumentale dans la mission spatiale la plus célèbre de tous les temps.

Todd Miller se souvient encore du premier tour de projecteur, quand lui et son équipe ont commencé à visionner les images inédites. "C'était un plan aérien de Saturn V (le lanceur géant qui a envoyé Neil Armstrong et ses co-équipiers dans l'espace, NDLR) acheminée vers la rampe de lancement. Nous étions bouche bée", raconte-t-il.

"Nous savions que nous avions du matériel grand format", poursuit-il, "mais nous ne savions pas qu'il était d'une telle qualité, et surtout, qu'ils avaient mis une caméra 70mm dans un hélicoptère pour faire un plan aérien de ce moment!"

Tout comme "First Man", le biopic intimiste sur Neil Armstrong réalisé l'an dernier par Damien Chazelle, "Appolo 11" veut aussi rappeler aux jeunes générations le caractère exceptionnel de la mission et de ses acteurs, qui ont montré la voie à "tout ce qui se fait maintenant et se fera à l'avenir" en matière d'exploration lunaire.

"J'espère que notre film peut être une sorte de capsule temporelle, un témoignage historique que l'on verrait en se disant +Wahou, c'est vraiment incroyable ce que ces gens ont fait+", déclare M. Miller.

Et d'ajouter: "C'est un incroyable témoignage de l'ingéniosité humaine. Quand des centaines de milliers de personnes peuvent se réunir comme elles l'ont fait sur cette mission, elles peuvent accomplir de grandes choses, et je pense que cela nous donne de l'espoir à tous".

Vos commentaires