En ce moment
 
 

César de la meilleure réalisation à Jacques Audiard pour "Les Frères Sisters"

César de la meilleure réalisation à Jacques Audiard pour
Jacques Audiard, César de la meilleure réalisation pour "Les Frères Sisters", le 22 février 2019, à ParisThomas SAMSON

Le cinéaste Jacques Audiard, 66 ans, a reçu vendredi soir le César de la meilleure réalisation pour "Les Frères Sisters", un western franco-américain avec Joaquin Phoenix, Jake Gyllenhaal et John C. Reilly.

"Je suis ému (...) J'admire mes confrères et mes consoeurs. Si je fais du cinéma, c'est parce que vous en faites", a déclaré en recevant son prix le réalisateur, déjà plusieurs fois récompensé aux César, dont deux fois déjà par le trophée de la meilleure réalisation.

Avec "Les Frères Sisters", le cinéaste français revisite le genre du western à travers un récit d'apprentissage aux allures de conte.

Récompensé par le prix de la mise en scène à la Mostra de Venise, "Les Frères Sisters" est son premier film entièrement tourné en anglais.

C'est l'Américain John C. Reilly et sa femme, la productrice Alison Dickey, qui ont proposé ce sujet à Jacques Audiard en 2012.

Dédié à son frère aîné --décédé en 1975 à l'âge de 26 ans--, "Les Frères Sisters" raconte l'histoire de deux frères, tueurs prompts à user de la gâchette. Charlie, le plus jeune, semble né pour tuer tandis qu'Eli, l'aîné, est un sentimental qui rêve d'une vie normale.

Leur chef, le Commodore, les engage pour tuer un chercheur d'or, idéaliste qui rêve de créer une société meilleure. Commence alors une poursuite impitoyable sur fond de ruée vers l'or, entre Oregon et Californie, qui est en fait surtout un voyage initiatique, qui mettra à l'épreuve le lien qui unit les deux "Sisters".

Fils du célèbre dialoguiste et scénariste Michel Audiard, Jacques Audiard a été de nombreuses fois primé. Il a notamment déjà reçu neuf César, ainsi qu'une Palme d'or au Festival de Cannes en 2015 pour "Dheepan" et le Grand prix du jury à Cannes en 2009 pour "Un prophète". "Les Frères Sisters" est son huitième film.

Vos commentaires