En ce moment
 
 

Sa relation avec la Reine Elisabeth, sa vie au Coq: sur les pas d'Albert Einstein en Belgique

 
Sur les pas de
 

Cet été, RTLinfo vous propose de partir sur les pas de célébrités mondiales ayant vécu en Belgique. L’occasion d’apprendre quelques secrets sur leur vie et découvrir leur histoire au cours d’une promenade qui réservent des surprises. Pour ce numéro, Sébastien Rosenfeld et Emmanuel Tallarico nous emmène sur les pas d’Albert Einstein.

Lorsqu’Albert Einstein entre en 1927 dans le Parc Léopold, le physicien est une célébrité mondiale. Il se rend au rassemblement des plus grands esprits de son temps dans une cité des sciences aujourd’hui disparu. Laura Moreau, guide sur le thème de la science à l’asbl "Bruxelles Bavard", évoque les fameux congrès Solvay.

"On associe peu Einstein à Bruxelles alors qu’il est quand même venu quatre fois aux congrès. Lors de ces discussions, il est assez décontracté. D’après les rapports qu’on a lus, pas de formules mathématiques. Plutôt des grandes discussions dans un contexte agréable où on boit un verre, on est bien assis, on mange bien aussi et on apprend des autres. On discute de problèmes que l’on n’arrive pas à résoudre", explique-t-elle.

"C'est une photo mythique" 

L’ancien bâtiment de physiologie est devenu un lycée. Une des photos les plus célèbres de l’histoire scientifique a été prise sur ses marches. "C’est une photo mythique. Tous les passionnés de la physique la connaissent parce qu’elle rassemble tous les pairs de la physique, avec 17 Prix Nobel qui entourent Albert Einstein. Du côté, on voit l’ancienne génération avec Marie Curie. Et à droite toute une nouvelle génération qui va donner du fil à retordre à Albert Einstein lors de ce congrès", indique la guide.

Laura Moreau rappelle qu’Albert Einstein avait créer à l’occasion de ces congrès des liens étroits avec la famille royale de 1911 à 1930.

Le scientifique arrive au Coq avec "17 malles"

Justement, trois ans plus tard, celui-ci est de retour. Le 12 avril 1933, il débarque à la station balnéaire du Coq. Brigitte Hochs, guide conférencière sur la vie d’Albert Einstein au Coq, connait parfaitement cette histoire qui se confond avec celle de sa famille. Le physicien vient d’accepter une invitation de son ami, le Roi Albert. Après un accueil triomphal à Anvers, il arrive plus discrètement sur le quai du tram avec tous ses bagages.

"Toujours souriant, me disait ma mère. Il arrive avec sa femme et sa belle-fille. C’est donc le troisième wagon. Les 17 malles sont mises sur une immense charrette. Il a autant de bagages parce qu’il revient déjà des Etats-Unis où il réside depuis plus d’un an", précise Brigitte Hochs.

Il joue du violon avec la Reine Elisabeth

A l’époque, le physicien est inquiet. Hitler a pris le pouvoir. Il ne peut rentrer à Berlin. Pendant six mois, le scientifique va vivre dans une villa de la cité balnéaire. Albert Einstein travaille à ses équations mais se rend aussi régulièrement à Laeken pour jouer du violon avec la Reine Elisabeth. Celle-ci vient même lui rendre une visite impromptue au Coq qui traumatise le menuisier. "Lorsqu’il a vu entrer une dame, il s’est tellement saisi car il voyait que c’était la Reine qu’il s’est caché dans la toilette", raconte la guide.

"Einstein arrivait tout souriant"

Brigitte Hochs connaît de nombreuses anecdotes car sa famille était à l’époque propriétaire du Grand Hôtel Belle-Vue. Son album de photo illustre le séjour du prix Nobel au Coq où il avait pris ses habitudes. La maman de Brigitte lui servait notamment son goûter préféré: un café-cramique. "Lorsqu’Einstein arrivait entre 16h et 17h, c’était le moment où il y avait le plus de soleil côté droit de la terrasse, la table était toujours libre et Einstein arrivait tout souriant. Les gens le regardaient mais toujours de loin et presqu’en silence", relate la guide. "Il aimait les promenades. Il aimait aussi de temps en temps avec l’autorisation de l’hôtel donner un petit concert de violon le soir", ajoute-t-elle.

Albert Einstein aime vivre dans cette station balnéaire entre ses marches sur la plage d’un air vivifiant, ses bains de soleil avec son secrétaire qui le rejoint.

Le scientifique ne reviendra pas en Europe. Le 19 septembre 1933, il quitte le Coq pour se rendre en Angleterre puis aux Etats-Unis. Une statue illustre le passage d’Albert Einstein dans la station balnéaire à l’âge de 54 ans. Le physicien restera aux Etats-Unis. Il décède le 18 avril 1955 à Princeton, sans jamais revoir la Belgique.


 

 




 

Vos commentaires