En ce moment
 
 

Festival Interceltique: les Elephant Sessions sont capables de tout

 
 

"Nous sommes incapables de nous définir nous-mêmes", à la question de savoir où il faut classer Elephant Sessions, son violoniste Euan Smillie n'a pas de réponse.

"Fusion, traditionnelle, rock, pop, electro, celtique..." la musique d'Elephant Sessions semblait vouée à faire danser la nouvelle scène "Le Kleub" dédiée aux musiques actuelles du festival interceltique de Lorient vendredi soir.

Les quatre gars d'Inverness (Ecosse) faisaient leur troisième passage au FIL, après deux singles parus en 2022 pour annoncer un quatrième album prévu en septembre, et à voir les bras désarticulés s'agiter dans la fosse du Kleub, ils étaient attendus.

Alasdair Taylor, joueur de mandoline et headbanger invétéré, attendait également cela avec impatience "Avec le Covid on ne s'est pas vus pendant pratiquement un an, et le public pendant deux ans, mais nous avons toujours eu un accueil incroyable en Bretagne".

"La première fois que nous sommes venus à Lorient en 2017 nous ne connaissions pas la France, nous avons joué deux fois chaque jour du festival devant 2.000 personnes, c'était hard core mais une fantastique porte d'entrée" enchaîne Euan assis à ses cotés, quelques heures avant leur unique concert de cette édition 2022.

Les yeux bleus perçants d'Euan illuminent son petit air de génie lorsque cette nouvelle scène du "Kleub" est abordée: "Je pense que c'est une bonne idée, il ya tellement de groupes qui peuvent s'épanouir dans un lieu comme celui-là".

- "l'intergénérationnel" -

Interrogé par l'AFP quelques jours avant le FIL, son nouveau directeur Jean-Philippe Mauras assurait vouloir remettre "l'intergénérationnel" au centre du projet. D'où l'idée de ce nouveau lieu sans places assises, le "Kleub", à mi-chemin entre salle de concert et boîte de nuit, un espace d'expression propre aux artistes émergents, "qui ont digéré les 30 ou 40 dernières années de la musique celtique et pour produire quelque chose de très moderne".

Une vision partagée par Alasdair, qui assure que "ça se passe partout maintenant, il y a énormément de jeunes groupes qui mixent toutes ces influences comme nous avons essayé de le faire depuis dix ans et en sortent quelque chose d'extraordinaire".

Chauffé à blanc par la fanfare techno Tekemat, un trio DJ, batterie, soubassophone en première partie de soirée, le public transpirait déjà plus que de raison dans la moiteur lorientaise encore en proie à une situation caniculaire au moment où les éléphants écossais sont montés sur le ring.

Leur scénographie n'est pas spectaculaire d'emblée, mais réfléchie et assumée : tout de noir vêtus à l'exception d'Euan et tous sur la même ligne à l'avant de la scène, en rupture avec le concept d'"accompagnement" cher à la musique folk.

Personne n'accompagne personne parmi ses enfants des Highlands, c'est "tous au même niveau". Une distanciation avec la musique traditionnelle, pas réellement souhaitée, mais juste naturelle.

"Quand tu regardes bien, seules nos mélodies sont issues de la musique traditionnelle, si on enlève le fiddle (violon) et la mandoline, ça devient de la fusion, ou de l'électro" dixit Euan, pour qui le nouvel album va de la "heavy dance au pop smooth", "des sensations super" insufflées par leur nouveau producteur Duncan Lyall.

Le Covid a été une période difficile, mais elle a accouché de quelque chose de neuf, selon Alasdair : "avant l'un d'entre nous arrivait avec une mélodie, et les autres venaient l'entourer, après le Covid on voulait passer du temps en studio, et on a commencé à créer ensemble".

"Ca a changé beaucoup de choses, parfois on a l'impression de gâcher une journée, mais ça veut aussi dire que la musique peut partir dans n'importe quelle direction, c'est très excitant" s'enthousiasme Euan.

Un rapprochement entre musiciens et entre générations, comme en atteste le grand écart d'âge entre les danseurs au pied de la scène, ce qui est peut-être plus récent.

"Nous sommes désormais invités à des festivals qui n'ont aucune racine traditionnelle ou folk, des évènements world music, pop, mainstream, et les spectateurs se disent +merde mais c'est quoi ça ?+" poursuit Euan, avant de remettre leurs prestations en perspective : "Nous allons jouer le même set ce soir dans ce night club improvisé, qu'hier soir à Pontivy devant des gens plus vieux et assis, c'est très surprenant que ces gens si différents apprécient notre musique".

Vendredi soir à Lorient, le pari intergénérationnel du festival interceltique semblait réussi.


 

Vos commentaires