En ce moment
 
 

Un roman bouleversant sur le bonheur perdu: voici le vainqueur du prix Goncourt 2019

Un roman bouleversant sur le bonheur perdu: voici le vainqueur du prix Goncourt 2019
(c) AFP

La romancière belge Amélie Nothomb et son roman "Soif" n'ont pas remporté le prix Goncourt 2019, a annoncé lundi le jury du concours. Le prix littéraire francophone le plus prestigieux revient à Jean-Paul Dubois pour son livre "Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon".

Le verdict du concours littéraire Goncourt a été annoncé à 13H00 au restaurant Drouant à Paris. Le prestigieux prix va à Jean-Paul Dubois pour "Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon", roman bouleversant et nostalgique sur le bonheur perdu.

Les finalistes battus sont Amélie Nothomb, 53 ans, qui était en lice pour "Soif" (Albin Michel), un roman déjà best-seller (avec près de 150.000 exemplaires vendus) dans lequel elle se met dans la peau de Jésus avant la crucifixion. C'était la troisième fois (après 1999 et 2007) que la romancière se retrouvait dans la sélection du Goncourt. Le doyen Olivier Rolin, 72 ans, avait été sélectionné pour "Extérieur monde" (Gallimard), objet inclassable, sorte d'anti-mémoires ou livre de voyages des innombrables voyages de l'auteur. Enfin, Jean-Luc Coatalem, 60 ans, avait été retenu pour "La part du fils" (Stock), un récit dans lequel l'écrivain-voyageur mène une enquête sur la disparition de son grand-père mort dans un camp de concentration.

J'écris pour acheter du temps

Qui est Jean-Paul Dubois ?

Jean-Paul Dubois, auteur "inquiet" d'une vingtaine de romans, a choisi le métier d'écrivain pour avoir le temps de vivre, une liberté qu'il place au-dessus de tout. Chef de file d'une littérature qui mêle le burlesque à la mélancolie, ce Toulousain de 69 ans est l'auteur à succès de "Une vie française" - prix Femina 2004 -, de l'excellente "Succession" (2016) ou encore du savoureux "Kennedy et moi", adapté au cinéma avec Jean-Pierre Bacri et primé par le prix France Télévisions en 1996.

Très influencé par la littérature américaine, notamment Philip Roth et John Updike, cet ancien journaliste du Nouvel Observateur est aussi l'auteur de "Si ce livre pouvait me rapprocher de toi" (1999), "Les accommodements raisonnables" (2008), "Le cas Sneijder" (2011)...

L'écriture, selon cet homme à la décontraction élégante, aujourd'hui aux cheveux et à la barbe blanchis, est le seul subterfuge qu'il a trouvé, "par hasard et par chance", pour "être propriétaire de son temps". "La seule chose qui m'intéresse c'est de vivre. Le seul vrai métier, c'est de vivre. C'est le pire des métiers, c'est aussi le meilleur. Cela demande un temps... j'écris pour acheter du temps", confie-t-il en 2016 sur le plateau de la Grande Librairie.

A 8 ans, il apprend que son père est condamné par une maladie cardiaque. Il mourra en fait vingt ans plus tard mais le garçon prend conscience de la fragilité de la vie. "Je vis dans l'inquiétude et je vais mourir dans l'inquiétude. J'écris donc sur ça", explique-t-il sur France Culture.  Pour échapper à l'inéluctable, il faut s'organiser, ne pas passer à côté de sa vie et surtout ne pas tout donner au salariat, estime cet ancien militant d'extrême-gauche.

Très marqué par mai 68 - il n'a alors que 18 ans - ce passionné de bricolage commence sa vie professionnelle sur des chantiers, comme photographe de meubles et devient journaliste "par hasard" à Sud-Ouest.

La couverture du sport et de la culture lui laisse du temps à côté. Notamment pour construire sa maison. Le Matin de Paris l'embauche bientôt. Il négocie de continuer à travailler depuis Toulouse. En 1984, il entre comme grand reporter au Nouvel Observateur et part recueillir des histoires invraisemblables aux Etats-Unis qu'il raconte ensuite comme des nouvelles. C'est à cette époque qu'il commence à écrire.

Son premier roman en 1984 passe inaperçu. Gaucher contrarié, ce qui l'a rendu bègue jusqu'à l'âge de 15 ans, il écrit ensuite "Eloge d'un gaucher dans un monde manchot" (1986). L'essai est remarqué par Bernard Pivot qui l'invite sur le plateau d'"Apostrophes". Premier succès.

Presque un livre par an

Dès lors, il écrit presque un livre par an. Au mois de mars. Il travaille alors de 10H00 à 3-4H00 le lendemain matin. Il doit abattre 8 feuillets par jour. Parfois "c'est un cauchemar". Il raconte au Monde que tant qu'il n'a pas atteint la page 100, il pense qu'"il n'y arrivera jamais, qu'il va mourir". Parfois, "c'est un rêve". Et il peut enchaîner deux romans, comme "Une année sous silence" et "Parfois je ris tout seul" (1992).

En 2004, après le Femina, il quitte le Nouvel Obs, "reconnaissant". Il peut alors jouir pleinement de ce qu'il considère comme "le premier acte de la liberté: se lever le matin quand on n'a plus sommeil".

Il vit depuis 20 ans avec sa seconde femme, québécoise, dans la maison de ses parents et de ses grands-parents, au milieu d'arbres centenaires dont la beauté peut le faire pleurer. Il aime parler de son jardin, de sa tondeuse à gazon. Dit "ma famille" en parlant de ses deux enfants et de ses chiens. Et affirme sans sourciller qu'entre un livre et une paire de chaussures, il choisira toujours la paire de chaussures.

"La légende"

Le prix Goncourt reste le prix littéraire le plus prescripteur pour les ventes de roman. Selon une étude de l'institut GfK pour le magazine Livres Hebdo, sur la période 2014-2018, un prix Goncourt s'écoule en moyenne à 367.100 exemplaires, devant le Goncourt des lycéens (314.000 exemplaires) et le Renaudot (219.800 exemplaires).

Derrière, le prix du roman Fnac prend de l'importance (171.300 exemplaires), devançant les quatre autres grands prix d'automne: Académie française (116.300 exemplaires), Femina (85.500), Interallié (46.900) et Médicis (34.600).

Quel que soit le nom de l'écrivain qui succèdera à Nicolas Mathieu, on peut s'attendre à une énorme bousculade devant Drouant. "Ça fait partie de la légende" s'amuse Bernard Pivot, président du jury et ancien animateur télé d'émissions littéraires. Lors d'une remise de prix, Pierre Assouline, un des dix jurés du Goncourt, avait couvert sa tête d'un casque. "Parfois, on reçoit des coups de caméras sur la tête mais ce n'est pas grave", confirme Bernard Pivot.

"Chez nous c'est la bousculade, c'est la vie effervescente autour du roman qui est couronné, autour de l'auteur qui est happé, rejeté, repris... C'est formidable!".

Vos commentaires