En ce moment
 

NTM a mis la fièvre à Bercy mais pas pendant des heures

A défaut de la chanter, ils ont "mis la fièvre" mais la température est trop souvent redescendue: NTM, reformé par JoeyStarr et Kool Shen pour ses 30 ans d'existence, a offert un show généreux, emprunt de nostalgie, mais inégal jeudi à Bercy.

Dix ans après avoir célébré leurs vingt ans dans la même salle parisienne, les deux rappeurs désormais quinquagénaires étaient attendus. Autant par des VIP (Alain Chabat, Gilles Lellouche, Valérie Lemercier, Olivia Ruiz...) que par les fans anonymes de la première heure, désormais habillés en costume-cravate pour les uns, accompagnés de leurs enfants adolescents pour les autres.

Soudain des basses vrombissantes font trembler le sol. La pression monte d'un coup sec. Le public déjà bouillant exulte à l'apparition des trois immenses lettres en rouge "NTM" devant l'écran géant. De chaque côté de la scène se distinguent deux djs, chacun sur un perchoir estampillé 9 et 3 (pour 93, Seine-Saint-Denis).

Surgissent alors les deux lascars pour une tonitruante entame avec "On est encore là", prophétique morceau issu de leur 4e et dernier album "Suprême NTM" paru en 1998. Déchaînés, ils poursuivent avec "Qu’est ce qu’on attend" et parviennent, croit-on alors, à déjà "mettre le feu".

L'énorme ovation après à peine deux morceaux est méritée. Le duo savoure face à une nuée d'écrans mobiles qui se lèvent pour capter l'instant. De quoi énerver JoeyStarr derrière ses lunettes fumées: "Arrêtez vos réflexes de prépubères et rangez vos téléphones. Un concert, ça se vit".

Les spectateurs s'exécutent illico. Idem pour certains autres lorsque NTM chante "Passe passe le oinj". "Tout n'est pas si facile", "Chacun sa mafia" prolongent l'état de grâce de Kool Shen et JoeyStarr dans ce premier quart de concert à deux.

- Entre kermesse et peep-show -

Mais vite, ils accusent une baisse de régime, pas vraiment compensée par les premiers invités de la soirée, Raggasonic, Busta Flex et Grain. Tout juste un soubresaut se produit-il sur "Pose ton gun", porté par les cris gutturaux de JoeyStarr.

A mi-parcours, "Seine Saint-Denis Style", précédé d'extraits de l'émission Envoyé Spécial datant de 1990, intitulée "rap et tag" et dans lequel apparaissaient les jeunes Kool Shen et JoeyStarr, offre un moment de nostalgie saisissant.

"Laisse pas traîner ton fils", un "morceau (qui) à 20 ans mais est pourtant toujours autant d'actualité", lance Kool Shen, rappelle que NTM excellait autant dans le rap conscient, que dans le rap violent, symbolisé par le titre "Police", également repris peu après.

Trop souvent cependant, les deux compères plutôt taquins et complices pour leurs retrouvailles scéniques, imposent des petites pauses, histoire de reprendre leur souffle, notamment en faisant courir de gauche à droite le public.

L'ambiance bon enfant vire légèrement à la kermesse et le rythme du concert finit par faire du yoyo, tandis que certaines chansons ne durent pas deux minutes, loin de leurs versions originelles.

Heureusement, le gros tube "Ma Benz" exécuté dans une ambiance peep-show comme dans le clip de 1998, réchauffe d'un coup le show. JoeyStarr est soudain revigoré, toutes dents en or dehors, au milieu de danseuses en mini-shorts, certaines en mode pole dance autour d'une barre verticale.

"J’aurais pu parler de la journée de la femme, mais je me serais fait cracher dessus", blague-t-il après avoir remercié ces dames.

Lors du rappel festif conclu en communion avec le public, n'aura manqué à l'appel que "La fièvre". "Moi, ce morceau, il me fait ch...", justifie sèchement JoeyStarr. Dommage, tout le monde l'attendait pour une ultime poussée.

Vos commentaires