En ce moment
 
 

G7 Finances: Le Maire s'attend à des discussions "difficiles" avec les Etats-Unis sur le numérique

G7 Finances: Le Maire s'attend à des discussions
Le ministre des Finances Bruno Le Maire, dans les locaux de la Banque de France à Paris le 16 juillet 2019ERIC PIERMONT

A découvrir

Internet, INFORMATIQUE

Le ministre français de l'Economie Bruno Le Maire s'attend à des discussions "difficiles" avec les Etats-Unis sur la taxation des géants du numérique lors du G7 Finances de mercredi et jeudi, après le durcissement de la position américaine.

"Ce sera difficile, je le sais. La position américaine s'est durcie récemment" avec l'ouverture d'une enquête sur la taxe récemment approuvée par la France qui pourrait entraîner des sanctions contre Paris, a déclaré le ministre à la presse à l'ouverture de la réunion annuelle des ministres des Finances du G7 à Chantilly (Oise).

La rencontre bilatérale initialement prévue à 10H30 (08H30 GMT) entre M. Le Maire et son homologue américain Steven Mnuchin pour évoquer des différends entre les deux pays sur la taxe du numérique, devrait finalement se dérouler dans l'après-midi, a indiqué l'entourage du ministre.

Le secrétaire au Trésor a subi un retard pour se rendre à Chantilly en raison d'un problème à Washington avec son avion Air France, comme l'a constaté un journaliste de l'AFP à bord.

"Je lui redirai que la France maintiendra sa taxation du numérique telle qu'elle a été adoptée par le peuple français à travers le Sénat et l'Assemblée nationale", a expliqué le ministre français, rappelant que son pays la retirera "dès qu'il y aura une taxation adaptée au niveau international".

Avant le début de la réunion, M. Le Maire a réitéré son appel à ses collègues du G7 à chercher un "consensus" à Chantilly qui "ouvre la voie" à un accord international au sein de l'OCDE d'ici 2020.

"Je voulais dire à quel point un accord au niveau du G7 est décisif", a-t-il déclaré. "Si nous ne trouvons pas d'accord au niveau du G7 sur les grands principes de la taxation du digital aujourd'hui ou demain, franchement ce sera difficile d'en trouver un entre 129 pays à l'OCDE", a-t-il prévenu.

"J'invite chacun à faire tous les efforts de compromis nécessaires pour avancer vers cet accord", a ajouté le ministre, qui a qualifié la Grande-Bretagne "d'allié très motivé" car "elle réfléchit à un dispositif similaire".

Face au risque de multiplication de projets de taxation des géants du numérique -- par la France, mais aussi d'autres pays comme le Royaume-Uni ou encore l'Espagne --, les Etats-Unis ont débloqué en début d'année les négociations au sein de l'OCDE, qui n'avaient pas avancé depuis plusieurs années.

Vos commentaires