En ce moment
 
 

Combien de fois maximum peut-on laver ses masques chirurgicaux sans qu'ils perdent leur efficacité?

Combien de fois maximum peut-on laver ses masques chirurgicaux sans qu'ils perdent leur efficacité?
 
 

Une étude française montre que vous pouvez laver votre masque chirurgical. Il resterait encore très efficace jusqu'à dix lavages à 60 degrés. Cette annonce pourrait faire gagner beaucoup d'argent aux ménages. Attention, les autorités sanitaires n'ont pas encore confirmé cette étude.

En bientôt deux ans de crise sanitaire, le masque est définitivement entré dans notre quotidien. Le masque se jette théoriquement après quatre heures d'utilisation.

Combien en utilisez-vous chaque semaine ? "2 ou trois", répond l'un "Environ trois", indique un autre homme.

Des chercheurs français ont mené une étude durant un an et demi. Ils ont lavé des masques chirurgicaux en machine. Après dix lavages, ils observent qu'ils restent plus performants qu'un masque en tissu. Leur pouvoir de filtration des bactéries atteint 98%. Une bonne nouvelle pour le portefeuille : utiliser un masque par jour coûte en moyenne 150 euros par an. Le réutiliser durant dix jours permet de diviser ce coût par dix. Pourtant pour l'instant cette pharmacienne ne conseille pas à ses patients de laver leur masque.

"Non surtout pas", tranche Sophie Étienne, pharmacienne. Et d'expliquer : "On le conseillera si à un moment cette étude débouche sur des recommandations officielles des autorités de santé le conseil de la santé en Belgique, l'autorité de santé en France. Si à un moment, les autorités de santé disent 'oui c'est applicable à toutes sortes de masques, il faut faire x lavage à telle température etc. Alors là on pourra le conseiller".

Au début de la pandémie l'hôpital Saint-Pierre de Bruxelles a mené une expérience analogue à l'étude française. Ils ont stérilisé des masques FFP2 neufs et ont observé qu'ils gardaient leur propriété. Ils ont ensuite reproduit la même expérience avec des masques effectivement porté par le personnel.

"Dès qu'on dépassait trois stérilisations avec des masques mis en condition réelle d'utilisation, il y a une perte significative et le masque n'atteint plus la performance attendue pour masque FFP2", explique Michèle Gérard, infectiologue au CHU Saint-Pierre. La réduction de notre consommation de ce type d'objets reste un enjeu de société important. Une fois jeté, un masque met 450 ans à se décomposer dans l'environnement.


 




 

Vos commentaires