En ce moment
 

Des chercheurs belges font une découverte majeure dans la lutte contre le cancer: "Ça montre toute l'importance de la générosité individuelle"

Des chercheurs belges font une découverte majeure dans la lutte contre le cancer:

Une équipe de chercheurs de l'Université libre de Bruxelles a identifié pour la première fois les différents états de transitions cellulaires survenant au cours de la progression du cancer, mais aussi les sous-populations de cellules tumorales responsables de métastases dans deux cancers, en l'occurrence un cancer de la peau et deux cancers du sein.

C'est une avancée dans la lutte contre le cancer. Une découverte belge vient d'être publiée dans la prestigieuse revue Nature. On y comprend comment les cellules se transforment en métastase. La recherche, dirigée par le professeur Cédric Blanpain, constitue une avancée pleine de promesses dans la lutte contre le cancer.




Les deux cancers les plus fréquents étudiés

Pour parvenir à leurs conclusions, les chercheurs de l'ULB et de la KUL se sont concentrés sur 2 types de cancers. Ils ont étudié les tissus de tumeurs issus de cancers du sein et du cancer de la peau. Il s'agit des deux cancers les plus fréquents.

"On a montré que pour créer une métastase, il faut que la cellule puisse s'échapper de la tumeur primaire, migrer vers les vaisseaux sanguins et atteindre l'organe cible qu'ils vont coloniser", explique Cédric Blanpain, chercheur Télévie à l'ULB. 

Les chercheurs ont identifié chacune des cellules qui provoquaient des métastases cancéreuses. A partir de ces cellules, ils ont pu étudier leur action. Ils ont alors compris que toutes les cellules ne se transformaient pas en métastase.

"Cette transition demande des changements au sein de la cellule tumorale. On a pu identifier tous les stades qui existent lors de cette dissémination métastatique et les différentes sous-populations de cellules cancéreuses qui induisent des métastases", note le chercheur

Des cellules qui présentent différents stades de transition

En effet, les cellules ont un stade de transition différent. Certaines vont être plus enclines à se développer partout dans le corps tandis que d'autres vont se concentrer dans la tumeur et développer le cancer sur celle-ci.


Une découverte qui a des conséquences concrètes

Ces différences ont des implications majeures pour le diagnostic, le pronostic ainsi que le traitement des patients cancéreux. Cette découverte va permettre d'avoir une meilleure précision dans la thérapie. Puisque les cellules à l'origine des métastases seront identifiées, il sera plus facile de les bloquer.

"Faut-il traiter les patients avant qu'ils aient des métastases? Cela est peut-être la bonne stratégie, ce serait de la prévention. Mais aussi pourquoi pas pour les patients qui ont déjà développé une métastase", éclaire Cédric Blanpain, chercheur Télévie à l'ULB. 

Cette étude est financée par le Télévie. Elle a été menée durant près de 4 ans par des chercheurs de l'ULB et de la KUL. "Ça me touche toujours énormément quand les chercheurs financés par le Télévie font de grandes découvertes parce que ça montre toute l'importance de la générosité individuelle", conclut le professeur. 

Vos commentaires