En ce moment
 
 

Arrêt cardiaque: que faire si quelqu'un s'écroule devant vous?

 
 

En Belgique, chaque jour, trois personnes meurent d'un arrêt cardiaque. En augmentant le nombre de personnes formées à intervenir, on pourrait doubler le nombre de malades sauvées chaque année.

Stéfane est formateur en la réanimation cardiaque depuis trois ans. Il connaît par coeur la technique. Tout est dans la précision. "ce sont des gestes simples, mais qui demandent beaucoup de précisions afin de garder la victime en vie en faisant circuler le sang dans l'organisme en attendant les secours", explique le formateur. Il faut donc répéter les gestes pour les transformer en automatisme. Chaque jour en Belgique, 30 personnes sont victimes d'un arrêt cardiaque à la maison, en rue ou au travail.

Julien Paques, responsable pédagogique et scientifique à la ligue de sauvetage explique que "si quelqu'un s'écroule en rue, la première chose est de veiller à la sécurité de tout le monde, y compris la sienne". Il faut faire un bilan en vérifiant la conscience et surtout la respiration de la victime. "Ensuite, il faut appeler le 112 et commencer les compressions le plus rapidement possible".

"Malheureusement, les chances de survivre à un arrêt cardiaque en Belgique sont bien moindres que dans beaucoup d'autres pays d'Europe", précise Ivan Blankoff, cardiologue au CHU Charleroi et président de la Belgian Heart Rhythm Association. Il y a deux raisons à cela: le manque de formation de la population par rapport aux gestes qui sauvent et le manque de défibrillateur automatique. "Mais avec les autorités, on a décidé de s'attaquer à ces deux problèmes", dit-il.

En formant un maximum de citoyens aux premiers secours, 1000 vies par an pourraient être sauvées rien qu'en Belgique. 

Pour en savoir plus ou suivre une session de réanimation en ligne: Cliquez ici 

Un poste Facebook a été intégré à cet endroit.
Vous devez accepter les cookies de réseaux sociaux et le partenaire 'facebook' pour afficher ce contenu.


 




 

Vos commentaires