Scandale de la viande chez Veviba: "Je ne suis pas un arnaqueur ni un tricheur", se défend le patron de l'entreprise

  • Scandale de la viande Veviba: le patron de Verbist s

  • Scandale de la viande Veviba: la direction a convoqué le personnel

  • Scandale de la viande Veviba: d

 

"C'est cruel de voir Delhaize et Colruyt décrocher après autant d'années", estime Louis Verbist, l'homme à la tête de l'entreprise qui fait l'objet d'un scandale sanitaire.

"Je ne suis pas un arnaqueur ni un tricheur. Nous abattons ici les meilleures bêtes de tout le territoire pour Delhaize et Colruyt. Ils le savent, puisqu'ils viennent dans nos abattoirs sélectionner eux-mêmes les meilleurs boeufs et les estampiller", peut-on lire lundi dans les colonnes de Het Laatste Nieuws et De Morgen.

Verbist est leader du marché pour la transformation de la viande, mais l'une de ses filiales, Veviba, a perdu ses agréments mercredi pour un atelier de découpe et un surgélateur industriel situés à Bastogne, après qu'une perquisition menée la semaine dernière a révélé une falsification de renseignements sur la date de congélation de la viande et une non-conformité de plus de 50% des produits contrôlés.Delhaize a mis un terme à sa collaboration avec l'entièreté du groupe Verbist tandis que Colruyt a suspendu sa coopération."Je livre Delhaize depuis 42 ans et Colruyt depuis 39 ans, et je n'ai jamais eu de réclamations", a réagi l'homme de 73 ans. "Je jure sur mes enfants que nous n'avons encore jamais transformé en hachis ce qui ne pouvait pas l'être. (...) Comment osent-il insinuer que je vends de la viande avariée à mes clients." Selon Louis Verbist, la concurrence souhaite "l'anéantir afin de reprendre toute sa société ensuite".

Vos commentaires