En ce moment
 
 

Autour de Notre-Dame, une rentrée entre "inquiétude" et "prudence"

A découvrir

Rentrée des classes particulière autour de Notre-Dame: les parents d'élèves oscillaient lundi entre "inquiétude" et "prudence" dans ce quartier de Paris où les craintes de pollution au plomb ne sont pas totalement dissipées six mois après l'incendie de la cathédrale.

A l'école Saint-Benoit, fermée pendant l'été pour des travaux de décontamination, certains parents refusent de tomber dans la psychose même si le rectorat de Paris a annoncé vendredi le report de la rentrée pour cinq établissements situés eux aussi au coeur de la capitale.

"J'ai suivi de bout à bout toutes les informations autour du plomb et de la dépollution avant d'amener ma fille faire sa rentrée et je suis complètement rassuré", explique Paul, 46 ans, dont la fille fait sa 3e rentrée dans cette école du 6e arrondissement. "Tout a été mené avec prudence", souligne-t-il.

Cet été, cette école a fait partie des quatre établissements parisiens où ont été relevés des taux particulièrement élevés de concentration de plomb --jusqu'à 100 fois le seul d'alerte de 70 µg/m2 dans certaines parties de la cour extérieure, qui a, depuis, été entièrement rénovée.

Zackia, membre de l'association des parents d'élèves, n'est toutefois pas totalement rassurée. Elle attend les résultats de la prise de sang de son enfant, testé au plomb, et déplore un "manque d'informations".

"Nous n'avons reçu un courrier que le 7 juillet, il s'était passé quasiment trois mois depuis l'incendie de Notre Dame", déclare-t-elle. "Nos enfants sont tout le temps par terre, ils peuvent être largement contaminés", déplore cette mère qui se dit "en colère contre l'école et la mairie" et qui aurait souhaité un report de la rentrée.

A Saint-Benoit, un enfant a présenté un seuil supérieur à celui de déclaration obligatoire de saturnisme (fixé à 50 µg/l) durant l'été, sans que la source de contamination n'ait été trouvée.

"On reste dans le flou, on nous dit que tout va bien mais c'est évasif, tout le monde se renvoie la patate chaude", s'inquiètent Armelle et Franck, parents de Tess, 9 ans qui rentre en CM1, toujours pas examinée. "Nous n'avons aucune donnée précise, nous avons été au courant que par les journaux", déplorent-ils.

- "Au courant par les journaux" -

Arrivée de Lyon il y a quelques jours et n'ayant "pas encore de boite aux lettres", Marianne, mère d'un garçon qui rentre en CM1, "débarque complètement". "Je n'étais même pas au courant de cette histoire de plomb et des travaux dans la cour", raconte-elle, pantoise, son fils à la main.

De son côté, Mickaela, mère de trois enfants de 10, 7 et 5 ans et rentrée cet été de l'étranger, ne se dit "pas du tout inquiète" : "Nous avons reçu un courrier d'informations rassurant, si l'école aurait dû être fermée, elle le serait", explique-t-elle.

Plus loin devant l'école élémentaire Jardinet qui donne sur une petite ruelle, dans le quartier Odéon (6e arrondissement), les parents sont "apaisés": "Cette école n'a jamais été mise en cause donc cela veut dire que les analyses sont bonnes", dit Pierre, "complètement satisfait par les informations communiquées"

"Si c'était trop dangereux, la rentrée aurait été reportée, il n'y a aucune psychose", ajoute une autre parent d'élève. Pour eux, "c'est une rentrée comme une autre".

Dans la capitale, au total, environ 260 enfants scolarisés dans les arrondissements proches de la cathédrale ont réalisé une plombémie (analyse du taux de plomb dans le sang) depuis l'incendie de Notre-Dame, qui a fait fondre plusieurs centaines de tonnes de plomb se trouvant dans la charpente du monument gothique.

L'association Robin des Bois, qui a déposé une plainte pour mise en danger de la vie d'autrui, fait valoir que sur les 55.000 enfants et adolescents scolarisés dans les Ier, IVe, Ve et VIe arrondissements, moins de 200 ont bénéficié d'une plombémie.

Vendredi, le rectorat a demandé le report de la rentrée scolaire dans cinq écoles privées pour laisser l'Agence régionale de santé (ARS) effectuer de nouvelles analyses de détection du plomb dans ces établissements.

Vos commentaires