En ce moment
 

Elia utilise un drone pour contrôler les lignes à haute tension: une technique qui présente de nombreux avantages majeurs

Une première en Belgique. Le gestionnaire du réseau électrique Elia a réalisé un test aujourd'hui en survolant des lignes à haute tension. L'objectif est de rendre la pratique légale.

Elia a testé mardi un drone sur un vol de dix kilomètres aux alentours de Saint-Trond. Le gestionnaire du réseau de transport d'électricité en Belgique compte utiliser ce type d'engin pour contrôler l'ensemble de ses lignes à haute tension, réparties sur une distance de 5.700 kilomètres. "Les drones peuvent se révéler utiles pour procéder aux contrôles visuels quotidiens et déterminer l'ampleur des dommages éventuels en cas de coupure de réseau", explique Elia dans un communiqué.

À l'heure actuelle, seuls les vols où le drone reste dans le champ visuel du pilote sont autorisés en Belgique. En France, les drones ont déjà été autorisés pour des vols sur de longues distances. "Elia espère que le cadre légal belge pour les vols sur de longues distances se développera rapidement. Ce vol de test constitue déjà un pas dans la bonne direction", souligne Elia.

La politique d'inspection actuelle du groupe prévoit des contrôles réguliers à pied, en voiture ou en hélicoptère pour vérifier l'absence de problèmes avec les pylônes et les éléments électriques et la distance avec la végétation.

L'utilisation de drones présente plusieurs avantages majeurs. La ligne à haute tension ne doit pas être mise hors service, l'inspection se déroule plus rapidement, et le collaborateur reste au sol, en toute sécurité. Après un incident, par exemple une tempête, Elia peut déterminer plus rapidement l'ampleur des dégâts éventuels.

Quatre pilotes ont déjà été formés en interne et quatre autres collaborateurs sont en formation.

Vos commentaires