En ce moment
 
 

L'appauvrissement de la faune en zone urbaine confirmée en chiffres par des chercheurs

L'appauvrissement de la faune en zone urbaine confirmée en chiffres par des chercheurs
 

(Belga) L'urbanisation appauvrit la faune mais l'homogénéise également, affirment des chercheurs de l'UCL, la KU Leuven, l'UGent, l'UAntwerpen et l'Institut royal des Sciences naturelles de Belgique (IRNSB). Les biologistes ont réalisé des échantillonnages réguliers dans 81 espaces sélectionnés en zones rurales, semi-urbaines et urbaines afin d'estimer l'ampleur des dégâts sur la biodiversité.

Les experts ont observé la quantité et la diversité de 10 groupes d'invertébrés. "Ils ont ainsi étudié des rotifères (animaux aquatiques microscopiques), des puces d'eau, des papillons de jour et de nuit, des carabidés (coléoptères), des araignées, des mites, des criquets et des limaces", précise le communiqué de l'IRNSB. Le constat est sans appel: l'urbanisation nuit énormément à la diversité des espèces et décime des populations entières. En détails, plus densément une surface est construite, moins elle compte d'araignées et d'insectes. L'impact est encore plus frappant sur les papillons de jour, qui comptent 85% d'individus en moins en ville qu'à la campagne. Une autre conclusion vient compléter l'analyse: la diversité des espèces en prend également un coup. "On retrouve souvent les mêmes espèces à différents points de la ville, car seul un nombre limité d'espèces sait prospérer dans un espace urbain. Cela mène donc à une homogénéisation de la faune", soulève Frederik Hendrickx de l'Institut. Destruction des habitats, pollution de l'air, de l'eau et des sols et perturbations lumineuses, sonores et olfactives sont autant de raisons qui causent la régression des espèces. Si la construction d'espaces verts en ville semble une solution logique, ils ne compensent pas pour autant la perte de la biodiversité due à l'urbanisation. "Les urbanistes doivent prioriser la protection et la connexion des vestiges d'habitats naturels lorsqu'ils développent l'infrastructure verte en ville", conclut le chercheur. L'étude a été publiée dans la revue scientifique Global Change Biology. (Belga)

 

Vos commentaires