En ce moment
 

Le biodiesel d'huile de palme, un "remède" trop polluant

Le biodiesel d'huile de palme, un
Image d'illustration

L'huile de palme serait beaucoup plus polluante que le diesel pure.

L'huile de palme utilisée comme agrocarburant est trois fois plus polluante que le diesel pure, ressort-il d'une analyse publiée mercredi par Inter-Environnement Wallonie (IEW), le CNCD-11.11.11, Oxfam et l'organisation de lutte alimentaire Fian. Les quatre associations dénoncent la contre-productivité de mesures politiques censées rendre la mobilité de demain plus verte, alors que doit se tenir jeudi un sommet informel entre les différents ministres européens de l'Énergie. Au cours de cette rencontre devra notamment être débattue la question du soutien aux agrocarburants.

La loi belge du 17 juillet 2013 l'avait imposé aux distributeurs de carburants: l'huile de palme, comme celle de soja ou de colza, se mêle depuis quelques années déjà au diesel d'origine fossile. La mesure principale choisie en Belgique pour développer l'énergie renouvelable dans les transports peut sembler séduisante, elle s'avère toutefois particulièrement nuisible à l'environnement et au climat, selon les quatre organisations environnementales.

Alors que le biodiesel d'huile de palme ne remplace que 0,7% du diesel fossile en Belgique, sa production nécessite en effet des espaces de culture importants et augmente ainsi la pression sur l'environnement. Les pays du sud, où l'huile de palme est produite, voient dès lors la déforestation gagner du terrain et les risques d'expulsion des populations locales et de perte de biodiversité s'accroître. Loin de diminuer les émissions de gaz à effet de serre, l'utilisation de biocarburants produit en outre une augmentation de ces émissions comparable à un doublement du trafic de voitures sur le ring bruxellois, calculent les organismes.

L'huile de colza, premier agrocarburant belge en termes de volume, est ainsi 1,2 fois plus polluante que le diesel pur et l'huile de palme trois fois. Les auteurs appellent donc les décideurs belges à notamment éliminer le soutien public aux agrocarburants néfastes pour l'environnement et à soutenir au niveau européen une sortie des biodiesels problématiques, dont l'huile de palme fait partie.

Vos commentaires