Le niveau des mers va augmenter, même avec l'accord de Paris

Le niveau des mers va augmenter, même avec l'accord de Paris
Des glaciers vus depuis un avion de recherche de la NASA, en Antarctique, le 3 novembre 2017MARIO TAMA

Le niveau des océans pourrait s'élever de 70 cm à 1,2 mètre d'ici 2300 même si les objectifs de l'accord de Paris sont entièrement respectés, avertissent des scientifiques, menaçant des îles et des deltas très peuplés.

Cette hausse dépendra de la vitesse à laquelle les émissions de CO2, responsables du réchauffement climatique, seront réduites, selon cette étude conduite par l'Institut de Potsdam pour la recherche sur le changement climatique et publiée dans la revue Nature communications.

"La façon dont les émissions vont évoluer au cours des prochaines décennies va façonner nos littoraux pour les siècles à venir", a déclaré à l'AFP un des auteurs de l'étude, Matthias Mengel.

L'accord de Paris de 2015 vise à contenir la hausse de la température sous le seuil critique de 2°C par rapport à l'ère pré-industrielle, voire 1,5°C. Il prévoit aussi d'atteindre un pic des émissions de gaz à effet de serre le plus rapidement possible.

"Chaque retard de cinq ans pris pour atteindre le pic d'émission entre 2020 et 2035 pourrait conduire à une augmentation de 20 centimètres du niveau des océans", selon le communiqué. Les océans se sont déjà élevés d'une vingtaine de centimètres entre la fin du XIXe siècle, au début de l'ère pré-industrielle, et aujourd'hui, selon le Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat (Giec).

Les émissions mondiales de dioxyde de carbone (CO2) liées aux consommations d'énergie sont reparties à la hausse en 2017 après trois années de stagnation, douchant les espoirs que le pic ait été atteint.

Près de 100 millions de personnes vivent dans des zones situées à un mètre du niveau de la mer, comme dans le delta du Nil ou au Bangladesh.

Cette hausse est le fruit de la combinaison de plusieurs facteurs: le réchauffement des océans, la fonte des glaciers de montagnes, de la calotte glaciaire ou encore du Groenland et de l'Antarctique.

"D'importantes fontes de glace semblent possibles, même en cas de réchauffement modéré en ligne avec les accords de Paris", indique M. Mengel. "Une élévation du niveau des mers jusqu'à trois mètres d'ici 2300 n'est pas exclu", ajoute-t-il.

L'accélération de la montée des eaux a déjà été démontrée dans d'autres études, mais celle-ci montre que "tout retard dans l'atteinte du pic des émissions a des conséquences significatives", souligne le scientifique.

Vos commentaires