En ce moment
 

Polémique en France après la contamination aux salmonelles de laits pour bébé

Polémique en France après la contamination aux salmonelles de laits pour bébé
 
alimentation, Consommation

(Belga) L'affaire du lait infantile de Lactalis contaminé aux salmonelles en France a rebondi mercredi autour de la lenteur supposée de la réaction des autorités après la découverte de bactéries dans une usine en août et en novembre 2017.

Le premier groupe laitier français a été contraint de rappeler en décembre toute sa production de laits infantiles de l'usine de Craon (ouest) depuis février, soit plusieurs milliers de tonnes commercialisées en France et à l'étranger. La production a été suspendue par les autorités et l'usine fermée pour être décontaminée. Le parquet de Paris a ouvert une enquête fin décembre pour "blessures involontaires" et "mise en danger de la vie d'autrui" après l'hospitalisation de plusieurs nourrissons atteints de salmonellose dont la santé n'est toutefois pas en danger. L'hebdomadaire satirique Le Canard Enchaîné a épinglé mercredi les autorités françaises en affirmant que des inspecteurs vétérinaires n'avaient rien détecté lors d'une visite de contrôle de l'usine en septembre dernier. Si aucune anomalie n'a été décelée lors de ce contrôle, c'est parce que l'inspection portait sur "un nouvel atelier de mélange à sec de céréales", et pas sur les activités de poudre de lait, s'est défendu le ministère de l'Agriculture. Le ministère affirme n'avoir "pas eu connaissance" des résultats des auto-contrôles menés par Lactalis en août et en novembre qui avaient décelé des traces de salmonelles dans les bâtiments, mais pas sur les chaînes de production. En face, Lactalis rétorque que "les autorités ont à disposition les résultats des audits en permanence". "Comment peut-on expliquer que Lactalis a su et n'a rien fait depuis août ? Et l'Etat ?", s'interrogeait, mercredi auprès de l'AFP, Quentin Guillemain, président de l'association des familles victimes du lait contaminé aux salmonelles, à l'origine de la première plainte déposée mi-décembre. Une deuxième plainte a été déposée vendredi par l'association de consommateurs UFC Que Choisir. Au 20 décembre, les autorités sanitaires françaises avaient recensé 35 nourrissons atteints de salmonellose en France depuis la mi-août, dont 16 ont été hospitalisés. L'affaire a pris une dimension internationale au vu des volumes de produits infantiles exportés, notamment vers la Chine. (Belga)

Vos commentaires

Top Facebook

vidéos