En ce moment
 
 

Une résolution appelle le gouvernement à doubler sa contribution au Fonds vert de l'ONU

Une résolution appelle le gouvernement à doubler sa contribution au Fonds vert de l'ONU

(Belga) Les députés de la commission climat de la Chambre ont approuvé mercredi une résolution demandant au gouvernement fédéral de doubler sa contribution financière au Fonds vert de l'ONU pour le climat à partir de 2020. En vertu du texte, adopté à l'unanimité moyennant deux abstentions, l'opération doit toutefois être neutre budgétairement.

Lors d'un Sommet spécial de l'ONU sur le Climat en septembre dernier, le Premier ministre en affaires courantes Charles Michel avait annoncé qu'il proposerait au Parlement de doubler la contribution belge à la lutte contre le changement climatique. La contribution fédérale au Fonds vert onusien pour le Climat a été de 10 millions d'euros par an, sur les cinq dernières années. A ces 50 millions s'étaient ajoutés 35 millions d'euros des Régions. Le gouvernement avait dès lors proposé de porter la part fédérale à 20 millions par an sur les quatre prochaines années. Etant donné qu'une réunion consacrée au réapprovisionnement du Fonds en question est prévue jeudi et vendredi à Paris, la commission climat se penchait ce mercredi sur une proposition de résolution co-écrite par des députés MR, CD&V, Ecolo, Groen et PS. Si l'ensemble des membres de la Commission - à l'exception de deux élus Vlaams Belang - ont soutenu le texte, plusieurs députés ont regretté que l'opération doive être réalisée de manière neutre budgétairement. Des amendements du PTB, d'Ecolo et du PS appelant à rompre avec ce principe de neutralité ont été rejetés. "En ce qui nous concerne, il est hors de question d'engager des dépenses qui toucheraient le contribuable", a souligné David Clarinval (MR), précisant qu'il s'agirait d'allouer des moyens d'un endroit à l'autre. "Nous ne pouvons pas nous engager alors que le gouvernement est en affaires courantes", a-t-il ajouté. Kris verduyckt (sp.a) et Malik Ben Achour (PS) ont quant à eux affirmé soutenir le texte, mais ne pas souhaiter que des moyens soient retirés à la coopération au développement. Dans le même ordre d'idée, Georges Dallemagne (cdH) a précisé qu'il ne voulait "pas d'un tour de passe-passe". "Un compromis semble avoir été élaboré pour que cet argent vienne éventuellement de la coopération. Si c'est le cas, on n'aura pas d'efforts complémentaires, mais plutôt un effort purement déclaratoire", a-t-il souligné, précisant qu'il envisageait de s'abstenir lors du vote prévu jeudi en plénière. (Belga)

Vos commentaires