En ce moment
 

"Francophones venez travailler chez nous" (VDAB)

Attentats à Bruxelles

(Belga) "On a besoin de vous" adresse aux francophones le patron du VDAB, l'équivalent flamand du Forem ou d'Actiris, Fons Leroy, dans une interview accordée à La Dernière Heure samedi.

La Flandre est la "région la plus vieillissante et la plus dynamique. Il y a chez nous beaucoup d'opportunités", affirme M. Fons. Fin mai, le chômage touchait 6% de la population active flamande, soit une situation évoluant vers le quasi plein emploi, si bien que les entreprises peinent à y trouver le personnel qualifié. Le VDAB a reçu 270.000 offres d'emploi au cours des 12 derniers mois. "Nous avons des jobs pour vous", assure dès lors le patron du VDAB, qui invite les francophones à franchir la frontière linguistique pour aller travailler en Flandre. Il précise que "la langue n'est plus une condition", comme avant. "Nous ne demandons pas non plus à tout le monde de suivre un cursus linguistique de six mois. Ce qui existe aussi, c'est un dispositif permettant de s'améliorer sur place". Le néerlandais "est tout le temps nécessaire, mais son niveau dépendra du groupe ou de l'entreprise", précise M. Fons. Il ajoute que les francophones peuvent "suivre des formations chez le Forem ou Bruxelles Formation, mais également grâce au VDAB sur leur lieu de travail". Sur les 2.170.324 travailleurs en Flandre, 49.922 sont actuellement wallons, 41.311 bruxellois et 41.616 frontaliers. M. Fons ajoute encore que les réfugiés "peuvent aider le marché du travail flamand. On doit alors voir leur profil et quelles formations proposer". 40 % des migrants qui sont arrivés ont eu un job après un an, assure-t-il. (Belga)

Vos commentaires