En ce moment
 

Charles Michel rencontre Poutine: les producteurs de poires belges espèrent un assouplissement de l’embargo russe

Depuis 4 ans, et la crise ukrainienne, l’Europe impose des sanctions économiques à la Russie. Vladimir Poutine avait répliqué en imposant un embargo sur plusieurs produits européens, comme les pommes et les poires belges... Qu'attendent les producteurs de poires belges de cette rencontre entre notre premier ministre et le président Russe ? Reportage de Fanny Dehaye et David Muller.

Il y a quelques mois, Xavier expliquait qu’il perdait 6 centimes par kilo sur ses 150 tonnes de poires produites à cause de l’embargo russe notamment. Aujourd’hui il fait le bilan de la saison :

"Vu l’étroitesse de la récolte et la demande en Europe ça va aller, ce ne sera pas une année record. On restera dans des normes tout à fait acceptables", indique Xavier Laduron, fruiticulteur.

Une satisfaction due en partie à la hausse du prix des fruits pour la troisième année consécutive. Les producteurs doivent pourtant faire sans leur principal client. La Russie représentait 80% des poires conférence. Pour pallier le manque, Xavier tente de toucher tous les marchés existants et garde l’espoir que ce boycott s’assouplisse :

"On a des grandes attentes", confie le producteur. "La première, que tout le monde fasse preuve d’un peu de bon sens, qu’on mette les choses à plat entre l’Europe et la Russie et qu’on se dise 'finalement ça n’en valait pas vraiment la peine. On va trouver d’autres solutions'", explique-t-il. "4 ans c’est beaucoup, ça va laisser des traces, ça c’est sûr", estime-t-il.

Les producteurs belges regrettent le manque d’effets concerts depuis 4 ans et espèrent que cette rencontre entre Charles Michel et Vladimir Poutine suscite la discussion.

Vos commentaires