En ce moment
 

Corée du Sud: le président Moon à des sommets de popularité

Corée du Sud: le président Moon à des sommets de popularité
Moon Jae-in (d) et Kim Jong Un, après s'être serrés la main sur la ligne de démarcation, se dirigent vers la Maison de la Paix pour le début du sommet intercoréen, le 27 avril 2018 à PanmunjomKorea Summit Press Pool

Le cote de popularité de Moon Jae-in atteint des sommets jamais vus pour un président sud-coréen au pouvoir depuis un an, après sa rencontre historique avec le dirigeant nord-coréen Kim Jong Un, a annoncé jeudi un institut de sondage.

Plus de trois électeurs sur quatre approuvent l'action du président, selon une enquête réalisée par Realmeter, soit une proportion dont aucun de ses prédécesseurs ne pouvait se prévaloir après un an de mandat.

Realmeter explique que ce score reflète "les attentes grandissantes du public quant à la dénucléarisation du Nord et l'établissement de la paix sur la péninsule coréenne" après le sommet historique de vendredi avec le leader nord-coréen Kim Jong Un.

L'approbation de l'action du chef de l'Etat a progressé de huit points à 78,3% depuis cette rencontre, au cours de laquelle MM. Kim et Moon ont décidé de travailler à l'établissement de la paix.

Depuis son élection en mai 2017, M. Moon projette une image de stabilité et de réalisme tout en communiquant beaucoup, explique de son côté à l'AFP Jeong Han-wool, de l'institut Hankook Research.

"Les taux d'approbation de Moon, qui étaient relativement bas en fin d'année dernière, sont remontés avec les jeux Olympiques d'hiver de Pyeongchang", a-t-il expliqué.

Après deux années de très forte tension en raison des programmes nucléaire et balistique de Pyongyang, une détente inespérée est apparue sur la péninsule depuis le début de l'année.

Celle-ci est notamment à mettre au crédit de M. Moon, qui avait été élu en prônant le dialogue avec le Nord, succédant à la conservatrice Park Geun-hye qui défendait au contraire la fermeté.

Les tensions sont retombées à partir du moment où M. Kim a annoncé à la surprise générale le 1er janvier que le Nord participerait le mois suivant aux JO en Corée du Sud.

Cette décision a déclenché une intense activité diplomatique qui a culminé par la tenue vendredi du troisième sommet intercoréen de l'histoire, qui devrait être un prélude à une rencontre encore plus attendue entre MM. Kim et Moon.

M. Jeong a jugé probable que le président sud-coréen devrait conserver son niveau de popularité jusqu'aux élections locales du mois prochain, dont son parti démocrate devrait être le grand vainqueur.

Cette formation de centre-gauche est soutenue par 55% des électeurs dans le dernier sondage Realmeter, contre moins de 18% pour les conservateurs du Parti de la liberté de Corée.

Vos commentaires