En ce moment
 
 

En achetant Altran, Capgemini vise les marchés de la numérisation de l'industrie

En achetant Altran, Capgemini vise les marchés de la numérisation de l'industrie
Le patron du groupe Altran, Dominique Cerutti (à gauche), et celui de Capgemini, Paul Hermelin, lors d'une conférence de presse conjointe à Paris, le 25 juin 2019ERIC PIERMONT
INFORMATIQUE

En rachetant le champion français de l'ingénierie Altran, le géant informatique français Capgemini se positionne sur les marchés prometteurs de la numérisation industrielle, ont souligné mardi les patrons des deux groupes, lors d'une conférence de presse au lendemain de l'annonce de l'opération.

Capgemini avec Altran va devenir un "acteur majeur de ce que nous avons appelé les industries intelligentes", a estimé Paul Hermelin, à la tête de Capgemini.

"Il y a deux mondes technologiques qui sont en train de se fertiliser l'un l'autre: le monde qui était le notre des technologies de l'information - intelligence artificielle, analyse de données, cloud, cybersécurité, 5G, objets connectés, calcul - et le monde qui était plus celui d'Altran, les technologies opérationelles, l'ingénierie du monde logiciel et des progiciels, l'ingénierie des produits et système, l'ingénierie manufacturière", a-t-il expliqué.

"Altran nous amène un dialogue direct historique établi avec les acteurs de la production que sont l'ingénierie, la production elle-même, ou la supply chain (chaine d'approvisionnement) et la recherche et développement", a-t-il poursuivi.

A l'inverse, Altran trouve chez Capgemini une dimension purement informatique qui lui manquait, selon Dominique Cerutti, le dirigeant d'Altran.

Dans l'automobile par exemple, Altran historiquement "contrôle tout ce qui se passe dans l'auto" elle-même. Mais avec la préparation du véhicule autonome, "il se passe un phénomène nouveau, la gestion des données qui va être gigantesque", a-t-il souligné.

"La communication de véhicule à véhicule, qui est la préoccupation principale" aujourd'hui dans la préparation du véhicule autonome, "c'est du cloud et de la donnée", a-t-il ajouté.

Capgemini espère avoir bouclé l'acquisition d'Altran à la fin de l'année 2019, pour pouvoir intégrer le groupe en 2020. "L'intégration opérationelle commencera à la mi-2020 et sera achevée fin 2020", a déclaré Paul Hermelin.

L'ensemble pèsera 17 milliards d'euros de chiffre d'affaires et 250.000 salariés. Capgmemini a sécurisé un financement relais de 5,4 milliards d'euros couvrant l'achat des titres Altran (3,6 milliards d'euros) et la reprise de la dette brute d'Altran (1,8 milliards d'euros).

Paul Hermelin a exclu une augmentation de capital de Capgemini pour le financement définitif de l'acquisition. Le géant informatique français puisera à hauteur de 1 milliard dans son abondante trésorerie, et financera le reste par de la dette, sous des formes à préciser.

"Nous ferons moins de rachats d'actions" dans les années à venir, "et très peu ou pas d'acquisitions de nouvelles sociétés", a-t-il simplement déclaré. En revanche, la politique de Capgemini en matière de dividende sera "maintenue", a-t-il précisé.

Vos commentaires