En ce moment
 

Exports de bois vers la Chine: Travert souhaite favoriser la transformation en Europe

Exports de bois vers la Chine: Travert souhaite favoriser la transformation en Europe
Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert, le 7 février 2018 à l'AssembléeEric FEFERBERG
Chine

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert s'est prononcé mercredi pour favoriser la transformation dans l'Union européenne (UE) du chêne français issu de forêts privées, donnant ainsi satisfaction à une revendication portée depuis plusieurs mois par les industriels de l'Hexagone.

La Fédération nationale du bois (FNB), qui représente les scieurs, inquiète de la hausse des exportations vers la Chine, a multiplié ces dernières semaines les appels à l'exécutif, demandant pas plus tard que mardi au président Emmanuel Macron de "sauver la filière chêne de France" par des "mesures d'urgence".

Le ministre a évoqué "l'élargissement du label Union européenne à la forêt privée", après avoir été interpellé par le député de la Haute-Saône Christophe Lejeune (LREM), lors de la séance de questions au gouvernement.

Alors qu'un label "Transformation UE" accorde déjà aux acheteurs qui s'engagent à transformer leur bois dans l'Union européenne un accès privilégié aux chênes lors des ventes de l'Office national des forêts (ONF), gestionnaire des forêts publiques, les scieurs souhaitaient que ce label soit étendu à la forêt privée et avait interpellé Matignon, puis l'Elysée à ce sujet.

M. Travert a également appelé de ses voeux une "amélioration du dialogue entre les acteurs de la filière au sein de l'interprofession", et a annoncé la nomination de Jean-Yves Caullet, président du conseil d'administration de l'ONF, "pour accompagner les fédérations professionnelles dans cet exercice de clarification et veiller à établir un plan forêt bois qui soit solide et robuste".

Le ministre faisait implicitement référence aux scieurs et aux propriétaires forestiers privés, qui se sont critiqués mutuellement, ces derniers jours. Les scieurs accusent les propriétaires privés de favoriser l'export de bois, notamment de chêne non transformé vers la Chine, et de mettre ainsi en péril 26.000 emplois.

A l'inverse, les propriétaires privés accusent l'industrie française du bois de ne pas avoir investi à temps face aux changements du paysage économique.

"Nous souhaitons encourager les acteurs de la filière à contractualiser pour sécuriser les approvisionnements en chêne et accroître la compétitivité des unités de première transformation (sciage) à travers l'innovation et à travers l'investissement", a ajouté le ministre.

Dans cette optique, il a évoqué la mise en place d'instruments financiers à travers le "grand plan d'investissements" annoncé par Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle.

La filière bois emploie actuellement environ 440.000 personnes, tous métiers et toutes essences de bois confondus.

Vos commentaires